« On s’aligne piste 28 et on décolle » : les derniers mots du pilote qui s’est écrasé aux Mureaux

Mehdi Gherdane et Virginie Wéber

L’instructeur qui pilotait l’appareil acheté il y a à peine trois mois par l’aéro-club cumulait 12 000 heures de vol.


Quelques jours après l’accident d’avion qui a fait deux morts aux Mureaux, les enquêteurs de la gendarmerie des transports aériens cherchent toujours à comprendre comment le crash a pu se produire. Lundi, peu après 10 heures, le Tecnam P 2002, piloté par Franck, 44 ans, et son élève Guy, 70 ans, s’est écrasé peu après son décollage de la piste 28.

Le point fixe, ces quelques minutes d’essais moteur effectués avant de pénétrer sur la piste, s’est révélé normal. L’instructeur a annoncé un « on s’aligne piste 28 et on décolle » avant que l’appareil ne tombe. Il n’y aurait pas eu de message de détresse.

La position de l’aéronef, nez enfoncé dans le sol, ainsi que celle des différentes gouvernes de vol, vont aider les militaires qui épluchent dans le même temps tous les documents relatifs à l’avion et aux deux pilotes. L’appareil avait été acheté il y a seulement trois mois par l’aéro-club et n’avait fait l’objet d’aucun signalement particulier.

Les enquêteurs vont également se pencher sur les bandes de vidéosurveillance du site Ariane Group, sur le territoire duquel l’avion s’est écrasé. Une partie de la scène aurait été filmée.


-

Les Mureaux, lundi. L’avion s’est écrasé au décollage de l’aérodrome des Mureaux causant la mort des deux passagers. LP/VIRGINIE WÉBER.

L’instructeur, Franck, originaire d’Elancourt, totalisait 12 000 heures de vol. Au club Roger Janin, où il exerçait depuis des années, il était réputé pour son sérieux et son professionnalisme. « La semaine dernière encore, nous pilotions ensemble sur ce même avion, confie Thibaud, l’un de ses élèves, sur les réseaux sociaux. Je n’oublierai jamais sa bonne humeur et sa générosité, sa compétence et sa pédagogie, et je suivrai toujours avec rigueur ce qu’il m’a enseigné. »

La direction du club se refuse toujours au moindre commentaire sur ce drame, « parce qu’(ils) ne savent pas ce qui s’est (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Yvelines : le pédophile écumait les campings et les forums Internet
Sartrouville : la salle de prières des Indes a vécu ses dernières heures
Enlevés pour les champions cyclistes, les ralentisseurs sont de retour à Mantes-la-Jolie
Bougival : l’avenir s’éclaircit pour la maison de Bizet
Saint-Cyr-l’Ecole : le parking de la gare sème la discorde avec Versailles