Il s’achète une Lamborghini avec les aides publiques contre le Covid

Pour faire face à la crise économique causée par l’épidémie de coronavirus, le gouvernement américain a proposé différents types d’aides. Si certaines étaient directement pensées pour les particuliers, d’autres étaient notamment destinées aux PME. Mais, le système n’était visiblement pas infaillible, comme le raconte le New York Times. David T. Hines, un homme de 29 ans, a ainsi récupéré 4 millions de dollars. Une somme qu’il a partiellement utilisée pour acheter une Lamborghini Huracan Evo, d'une valeur de 318.000 dollars.

Pour bénéficier de ces aides, attribuées sous la forme de sept prêts, il s’est tourné vers la Bank of America. S’il réclamait initialement 13.542.741 dollars, il n’a obtenu "que " 3.984.557 dollars. Des sommes qui auraient été, selon lui, nécessaires pour régler une masse salariale mensuelle de 4 millions de dollars. Problème, "ces prétendus employés n'existaient pas ou gagnaient une fraction de ce que Hines prétendait dans ses demandes de prêts garantis par l'État", explique le département de la justice américain. David T. Hines aurait aussi dépensé une partie de l’argent dans des hôtels de luxe, des bijoux ou encore sur des sites de rencontre. Sa voiture a été saisie et les autorités américaines ont pu récupérer 3,4 millions de dollars sur ses comptes bancaires.

>> A lire aussi - Un garçon de 5 ans arrêté au volant alors qu’il allait acheter une Lamborghini

4,8 millions de prêts

Les autorités auraient identifié l’homme en raison d’un délit de fuite au mois de juillet, détaille le Miami Herald. Accusé de fraude bancaire et de déclaration mensongère à un organisme de prêt, il devrait comparaître devant la justice le 14 octobre. Il risquera alors une peine de 70 ans de prison.

>> A lire aussi - Une Lamborghini à vendre pour 3 millions d’euros !

Selon les chiffres communiqués au début du mois de juillet par le Trésor américain, plus de 4,8 millions de prêts ont été accordés pour un total de plus de 521 milliards. Mais, les PME ne sont pas les seules à avoir

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Licencié pour 3 centimes, il touche 7.200 euros d’indemnités
Comment McDonald's parvient à limiter l'impact de la crise sanitaire
Immobilier : Virgil, la start-up qui vous permet d’acheter plus grand ou mieux placé
Renault : Luca de Meo a emmené avec lui le designer de Seat
Thierry Bolloré, l’ancien patron de Renault file chez Jaguar

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.