Comment s’est éteint Canis dirius, le loup géant popularisé dans Game of Thrones ?

Futura avec l'AFP-Relaxnews
·1 min de lecture

Trop solitaire ? Le gigantesque loup d'Amérique du Nord, emblématique de la mégafaune préhistorique de l'Âge de glace, a disparu il y a 12.000 ans sans laisser de trace génétique chez ses cousins contemporains, qu'il a pourtant côtoyés, selon une étude dont les travaux sont publiés dans la revue Nature parue mercredi. Depuis plus de cent ans, les biologistes pensaient que Canis dirus — le « loup sinistre » ou « loup terrible » popularisé par la série Game of Thrones — était une sous-espèce du loup gris commun, dont il était morphologiquement proche bien qu'environ 20 % plus grand.

Les études ne manquaient pas, car le prédateur qui a rôdé pendant des millions d'années sur le continent nord-américain a laissé derrière lui des fossiles en abondance, notamment dans le gisement du Rancho La Brea en Californie, où des restes d'animaux du Pléistocène (période géologique marquée par des cycles glaciaires) ont été conservés dans des trappes à bitume.

Réintroduction du loup : des bénéfices inattendus à Yellowstone

Mais ces ossements n'avaient pas tout dit, leur analyse se limitant à l'anatomie. Et pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs a fait parler la génétique. Les chercheurs ont pu analyser de l'ADN de restes vieux de 50.000 ans, découverts dans le Wyoming, l'Idaho, l'Ohio et le Tennessee. En complément, ils ont réussi à séquencer des protéines de collagène récupérées sur les os du Rancho La Brea, un biomarqueur permettant des comparaisons avec d'autres espèces.

Vue d'artiste signée Mauricio Anton, fournie le 12 janvier par la revue Nature, illustrant une meute de « loups sinistres » se repaissant d'un bison, approchée par des loups gris, à l'époque du Pléistocène. © Mauricio Anton, Nature Publishing Group, AFP
Vue d'artiste signée Mauricio Anton, fournie le 12 janvier par la revue Nature, illustrant une meute de « loups sinistres » se repaissant d'un bison, approchée par des loups gris, à l'époque du Pléistocène. © Mauricio Anton, Nature Publishing Group, AFP

Des cousins très éloignés

Verdict : Canis dirus est une espèce à part, et seulement un lointain cousin de Canis lupus, le loup gris actuel. Ils sont aussi éloignés que l'Homme et le chimpanzé, commente Kieren Mitchell, de l'Université...

> Lire la suite sur Futura