Comment la sérotonine freine-t-elle l'addiction à la cocaïne ?

·2 min de lecture

Une équipe de l’Université de Genève révèle un mécanisme cérébral de frein à l’addiction grâce à la sérotonine, qui expliquerait pourquoi seuls 20% des consommateurs de cocaïne en deviennent dépendants.

D’après l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), “les sont des pathologies cérébrales définies par une dépendance à une substance ou une activité, avec des conséquences délétères.” Plusieurs millions de personnes sont concernées en France, que ce soit par la consommation répétée d’un produit comme le tabac, l’alcool ou les drogues, ou bien “la pratique anormalement excessive d’un comportement (jeux, temps sur les réseaux sociaux…)”. Dans tous les cas, les conséquences sont multiples, tant sur le comportement que sur le cerveau et le corps.

En France, selon le rapport 2019 de l’, 5,6% des adultes ont expérimenté la cocaïne, et 1,6% sont des usagers actuels. Le gouvernement français indique cette même année que la consommation de cette drogue concerne 2,1 millions de personnes, avec des chiffres particulièrement élevés chez les jeunes.

Une drogue qui altère le système nerveux

La cocaïne est une drogue psychotrope très puissante, c’est-à-dire qu’elle altère le fonctionnement de notre système nerveux central (notre cerveau et notre moelle épinière) en impactant les processus physiologiques et biochimiques qui s’y déroulent. En l’occurrence, il s’agit d’un psychostimulant (comme la caféine !) : cette drogue provoque chez le consommateur une très forte euphorie (le fameux “high”) accompagnée d’une sensation d’être énergisé et alerte, davantage conscient de ses sens comme l’ouïe, la vue ou le toucher. En parallèle, la respiration s’accélère, le rythme cardiaque également, la tension artérielle monte et la température corporelle augmente.

Mais qu’est-ce qui cause tous ces effets ? Comme dit précédemment, la cocaïne vient altérer le bon fonctionnement du système nerveux : plus précisément, elle bloque la recapture de plusieurs neurotransmetteurs dans le cerveau. Les neurotransmetteurs sont ces petites molécules qui sont libérées par nos neurones et qui circulent dans les fentes synaptiques (les espaces entre les neurones), assurant la transmissi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles