Avec sa série sur Miyazaki, la Cité de la tapisserie d'Aubusson attire la télévision japonaise

Après le succès de la série consacrée à Tolkien, la Cité international de la tapisserie s’attaque à un autre monument, le cinéaste d’animation Hayao Miyazaki. Cinq tapisseries tirées de quatre films vont être tissées à Aubusson. La première, d'après la scène du prince Askitaka soulageant sa blessure dans Princesse Mononoké, est en cours d'élaboration. Un évènement qui n’a pas échappé aux journalistes de la NHK, la télévision publique japonaise, qui a consacré au projet une émission en direct ce dimanche 25 avril. "Nous voulions montrer qu’Aubusson est une ville où se perpétue une tradition qui remonte au 15e siècle, et aujourd’hui encore il y a des ateliers de teintures, des peintres, des lissiers, toute une chaîne de métiers qui fait vivre cet art traditionnel", précise Takeshi Yamamura, cameraman à la NHK. Un documentaire en préparation En s’associant avec les studios Ghibli, la Cité de la tapisserie s’offre un beau coup de pub à l’international, et pour son directeur Emmanuel Gérard, cet intérêt de la télévision japonaise pour le projet, ne peut être que bénéfique : "On peut espérer quand on sera sorti de cette pandémie, l’opération durant encore trois ans, que ce soit une curiosité pour les touristes japonais de venir à Aubusson et découvrir notre savoir-faire avec toute la sensibilité qu’ils ont pour les métiers d’art". Ce que confirme le caméraman de la NHK, persuadé que l’association entre Miyazaki, adulé dans son pays, et la tapisserie d’Aubusson, a tout pour plaire aux téléspectateurs japonais, et pourquoi pas à des mécènes. La NHK prépare désormais un documentaire sur le projet Miyazaki qui se poursuivra jusqu’à fin 2023 avec des œuvres tirées des films Le Voyage de Chihiro, Le Château ambulant et Nausicaä de la Vallée du Vent. Les tapisseries seront exposées à la Cité au fur et à mesure de leur aboutissement.Aujourd’hui, la Cité internationale de la tapisserie a accueilli la #NHK, plus grande chaîne de télévision du service public japonais, dans l’atelier de tissage de la première #tapisserie «Princesse Mononoké» afin de réaliser une émission en direct depuis la Cité vers le #Japon. pic.twitter.com/3I2hrglsYN — Cité internationale de la tapisserie (@CiteTapisserie) April 25, 2021