Séparatisme: Marine Le Pen dit à Gérald Darmanin qu'elle aurait pu "signer" son livre

Clarisse Martin
·3 min de lecture

Le ministre de l'Intérieur et la présidente du Rassemblement national ont débattu sur France 2 ce jeudi soir.

C'était un prélude attendu à la présidentielle de 2022 sur les questions régaliennes. Contre tout pronostic, c'est un débat sans grand accrochage qui s'est déroulé ce jeudi soir sur le plateau de Vous avez la parole, sur France 2, entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen. Une stratégie, pour cette dernière, aux antipodes de celle adoptée lors du débat de 2017 de l'entre-deux-tours qui l'avait opposée à Emmanuel Macron.

"Objectivement, à part quelques incohérences dont on aura peut-être l'occasion de parler plus tard, j'aurais pu le signer, ce livre", a par exemple déclaré la présidente du Rassemblement national, brandissant distinctement le livre du ministre de l'Intérieur, Le Séparatisme islamiste.

"Vous décrivez-là l'islamisme de manière extrêmement claire et ce n'est pas du tout le cas de la loi. Et la question qu'on se pose, c'est comment on a pu passer de ce livre (...) qu'est-ce qui reste dans la loi de toutes ces déclarations", a poursuivi Marine Le Pen, évoquant le projet de loi sur le "séparatisme", actuellement examiné à l'Assemblée nationale.

Passes d'armes

"Madame Le Pen, dans sa stratégie de dédiabolisation, en vient quasiment à être dans la mollesse, je trouve... Il vous faut prendre des vitamines, je ne vous trouve pas assez dure là", a ironisé Gérald Darmanin.

"Il y a une Marine Le Pen des plateaux et une Marine Le Pen des Parlements", a poursuivi dans cette même veine l'ancien maire de Tourcoing. "Madame Le Pen, je la sens un peu branlante, un peu molle sur ces questions", a-t-il également taclé, estimant également à plusieurs reprises qu'elle était "approximative".

Au début du débat, Marine Le Pen avait estimé, au sujet du projet de loi contre le séparatisme, que ce texte "ressembl(ait) un peu à ce que j'ai appelé un texte de police administrative" (...) Vous limitez les libertés de tout le monde pour pouvoir essayer de limiter les libertés de quelques islamistes", avait estimé la parlementaire. "Ce n'est pas un problème religieux, l'islamisme, c'est un problème d'idéologie", a-t-elle également déclaré.

Le Pen "molle" pour Darmanin

Ce sur quoi Gérald Darmanin a rebondi, pointant une "contradiction avec (ses) discours précédents". "Voterez-vous ce texte?", a également répliqué le ministre, avant que Marine Le Pen ne botte en touche sur les débats en cours à l'Assemblée nationale concernant l'instruction à domicile.

"Je ne veux pas d'un État qui s'ingère dans la liberté des familles", a-t-elle fait valoir sur cette thématique, défendant sa propre proposition de loi de lutte contre l'islamisme. "Madame Le Pen ne nomme pas l'ennemi, je trouve que vous êtes beaucoup plus molle que nous pouvons l'être", a répliqué le ministre.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :