"Séparatisme islamiste": le président du CFCM évoque "une réalité qu'il faut regarder en face"

1 / 2

"Séparatisme islamiste": le président du CFCM évoque "une réalité qu'il faut regarder en face"

Dans son combat affiché contre le "séparatisme islamiste", Emmanuel Macron entend pouvoir compter sur le soutien de Mohammed Moussaoui. Invité de BFMTV ce mercredi, au lendemain des annonces faites par le chef de l'État à Mulhouse, le président du Conseil français du culte musulman a plutôt approuvé son discours. Il part selon lui d'une "réalité qu'il faut regarder en face".

S'agissant de l'accueil des "imams détachés", envoyés par d'autre pays, auquel Emmanuel Macron souhaite mettre fin, Mohammed Moussaoui a rappelé la "logique ancienne" qui avait amené à leur présence sur le territoire.

"La première génération de musulmans pouvait comprendre facilement la langue arabe ou la langue turque. Aujourd'hui, force est de constater que la plupart des fidèles de mosquée sont des jeunes (...) qui ne comprennent pas forcément ces langues. Je pense qu'il est temps (...) que des imams étrangers soient remplacés par des imams français formés en France", a-t-il développé.  

Affirmant que cette situation - le fait que des imams ne puissent pas "dialoguer" avec les jeunes fidèles - représente 10% des cas (300 imams), le patron du CFCM évoque la tendance de ces jeunes à aller se renseigner davantage sur Internet ou sur les réseaux sociaux.

"Nous devrions former mieux nos cadres religieux"

Mohammed Moussaoui estime également qu'il y a encore beaucoup à faire pour organiser le culte musulman en France.

"C'est important de se restructurer, de...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi