Séparatisme: entre Darmanin et Le Pen, un débat moins "tendu" que prévu

·2 min de lecture

Invité de «Vous avez la parole» sur France 2, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a débattu sur la question du séparatisme avec la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen. 

Des points d'accords, des amabilités et un choc des ambitions plus que des idées : tel fut, sur France 2 jeudi soir, le débat entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen. Le ministre de l'Intérieur a même pu observer que «madame Le Pen, dans sa stratégie de dédiabolisation, en vient à être quasiment dans la mollesse». «Il faut prendre des vitamines, vous n'êtes pas assez dure!», a lancé Gérald Darmanin à la députée d'extrême droite. Marine Le Pen, elle, a affirmé qu'elle aurait pu «signer» le récent ouvrage du ministre («Le Séparatisme islamique», éd. de l'Observatoire).

Dans un premier temps, le ministre de l'Intérieur et la présidente du Rassemblement national ont exprimé des désaccords d'ordre sémantique sur le projet de loi «confortant le respect des principes de la République» -dite loi sur le séparatisme. La candidate à l'élection présidentielle de 2022 a expliqué qu'elle ne voterait pas un certain nombre de dispositions du texte, notamment sur la question de l'enseignement à domicile et de l'organisation des cultes, tout en expliquant qu'elle ne comprenait pas pourquoi le mot islamisme n'était pas directement employé.

Lire aussi :Marine Le Pen ne tient pas ses troupes

Se voulant pédagogue, Gérald Darmanin a rappelé à la députée le droit constitutionnel et l'impossibilité de nommer et distinguer les cultes entre eux. En revanche, il s'est déclaré favorable à une règlementation plus stricte des cultes, soulignant les dérives sectaires de l'islam, quand Marine Le Pen prenait soin à plusieurs reprises de séparer la religion de l'«idéologie» islamique.

Darmanin se targue de n'être pas "né dans un château"

En revanche, les deux adversaires politiques se sont affrontés plus directement sur la question de l'immigration.(...)


Lire la suite sur Paris Match