Une sénatrice PS accusée de harcèlement : la dépression de son assistante est bien liée au travail, pour la CPAM

·1 min de lecture

Frédérique Espagnac a-t-elle fait subir un management toxique à son assistante parlementaire ? À cette question, les médecins du Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) de Nouvelle-Aquitaine semblent tentés de répondre par l’affirmative. Après avoir enquêté sur la relation de travail entre la sénatrice des Pyrénées-Atlantiques et son employée, une habitante du Pays Basque âgée de 49 ans, ce comité a établi le “lien direct et essentiel” entre la dépression dont elle souffre et son “travail habituel”. Informée de l’avis du comité, la CPAM de Bayonne a officiellement reconnu l’origine professionnelle de sa maladie, par un courrier du 12 mai dernier.

Embauchée en CDI le 16 mars 2016, cette attachée parlementaire — qui est par ailleurs militante PS et élue locale dans les Pyrénées-Atlantiques — a travaillé pendant trois ans à la permanence de Frédérique Espagnac, à Pau. Elle y aurait été confrontée à une surcharge de travail, un isolement, ainsi que des humiliations et des remontrances dévalorisantes de son employeuse. La collaboratrice accuse également l’ancienne porte-parole du PS de l’avoir laissée travailler dans le froid, fin 2018, à la suite d’une coupure de gaz due à des impayés. De son côté, la sénatrice reconnaît des relations de travail dégradées. Mais elle en attribue la responsabilité à l’employée dont elle pointe le manque de professionnalisme, et se défend de tout comportement inapproprié.

⋙ A lire aussi - Nouvelles charges contre Gérard (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour attirer de la main d'œuvre, un État australien offre une belle prime aux nouveaux travailleurs
Covid-19 : le boom de la vaccination des moins de 50 ans
Nord Stream 2 : l’Ukraine craint “une grande victoire pour la Russie” et la “défaite de Joe Biden”
Vaccination pour tous : accélération imminente du calendrier ?
L'Arctique se réchauffe plus que prévu, 3 fois plus vite que la planète depuis 50 ans

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles