Sénatoriales: la droite conforte sa majorité, nette déception pour LREM

Dominique CHABROL et Jean-Louis PREVOST
1 / 4
Une personne prend des bulletins de vote pour voter aux sénatoriales, le 24 septembre 2017 à l'Hôtel de Ville de Paris

Paris (AFP) - La majorité de droite au Sénat est sortie renforcée des élections sénatoriales dimanche, selon les premiers résultats du scrutin, qui constituent en revanche une nette déception pour La République en marche d'Emmanuel Macron, loin de ses objectifs initiaux.

Le Parti socialiste maintient plutôt ses positions et le PCF est en mesure de conserver son groupe à la Haute assemblée. "C'est plutôt encourageant pour le centre et la droite. Il semblerait que nous progressions tous ensemble, que la majorité sénatoriale portée par Gérard Larcher sorte renforcée", a estimé la sénatrice LR Fabienne Keller sur Public Sénat.

Déception en revanche du côté de LREM : "Pour le moment, ce qui se passe c'est finalement le dernier sursaut du monde ancien", a estimé la sénatrice sortante de Paris Bariza Khiari, se refusant toutefois à parler de "défaite". Le groupe LREM comptait 29 élus dans le Sénat sortant, mais 20 d'entre eux étaient soumis au renouvellement. En fin d'après-midi, leur chef de file François Patriat ne tablait plus que sur "20 à 30" sénateurs LREM à l'issue du scrutin. "La droite fait un carton, LREM prend une branlée et nous on sauve les meubles", résumait pour sa part un responsable socialiste.

La maire de Paris Anne Hidalgo s'est de son côté félicitée de l'élection de quatre sénateurs socialistes dans la capitale : "J'ai une majorité solide, très large, respectueuse et donc aujourd'hui je suis très heureuse pour les sénateurs de Paris". Seule ministre du gouvernement Philippe en position éligible, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur (LREM/MoDem), a été réélue dans le Loir-et-Cher.

Favori et seul candidat à sa succession, le président du Sénat Gérard Larcher (LR) est réélu dans les Yvelines. Parmi les autres personnalités en lice, l'ancienne ministre Laurence Rossignol (PS) a été réélue dans l'Oise et Frédérique Espagnac (PS), proche de François Hollande, dans les Pyrénées-Atlantiques. Les ex-ministres PS André Vallini et Patrick Kanner ont été élus respectivement dans l'Isère et le Nord.

Le collège électoral de 76.359 grands électeurs issus largement des municipales de 2014 remportées par la droite, la plaçait en position de force. "C'est un très bon résultat, très satisfaisant. Nous pourrions être 155. Je n'y aurais pas cru ce matin", confiait un responsable LR dont le groupe comptait 142 élus dans le Sénat sortant. "Déjà au moins 10 sénateurs élus/réélus : face à , nous continuerons d'être la voix du peuple au " ont twitté pour leur part les élus communistes.

Le FN ne remporte aucun nouveau siège, mais enregistre une "vraie augmentation en voix", selon sa présidente Marine Le Pen.

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages