Un sénateur veut punir de 15 000 euros d'amende la diffusion d'images de membres des forces de l'ordre

1 / 2

Un sénateur veut punir de 15.000 euros d'amende la diffusion d'images de membres des forces de l'ordre

Jean-Pierre Grand souhaite modifier la loi de 1881 sur la liberté de la presse afin d'interdire la diffusion de photos ou de vidéos de policiers, militaires ou douaniers.

"Aujourd'hui il faut protéger les policiers". Le sénateur LR Jean-Pierre Grand (Hérault), interviewé ce mardi par l'émission Quotidien, a défendu son amendement, déposé le 3 décembre dernier en commission des lois, dans lequel il propose de punir de 15 000 euros d'amende la diffusion de photos ou de vidéos des forces de l'ordre.

Comme l'explique CheckNews de Libération, l'amendement a été déposé dans le cadre de la proposition de loi de "lutte contre la haine sur Internet" qui sera discutée le 17 décembre. Il prévoit de modifier la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

Disponible sur le site du Sénat, il indique que "lorsqu'elle est réalisée sans l'accord de l'intéressé, la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support, de l'image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires ou d'agents des douanes est punie de 15 000 euros d'amende". 

Un pavé "en pleine figure"

Le député justifie, dans son amendement, la mise en place de cette interdiction en raison des récents "mouvements sociaux comme celui des gilets jaunes" au cours desquels "les forces de l'ordre ont été régulièrement filmées par des manifestants dans le cadre de leur opération de maintien de l'ordre".

Selon lui, "de nombreuses images de policiers ont été diffusées sur les réseaux sociaux, les rendant facilement identifiables et donc potentiellement des cibles avec leur famille (conjoint et enfants)".

Interviewé par Quotidien, Jean-Pierre Grand a assuré avoir visionné des vidéos "où l'on passait le passage où le policier avait un comportement inapproprié" mais "on ne passait pas les minutes avant où il prenait en pleine figure un pavé ou un coup de bar de fer".

"Indigne d'une République démocratique"

Sur Twitter le syndicat de journalistes SNJ-CGT a (...)

Lire la suite sur BFMTV

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi