Le Sénat va enquêter sur la concentration des médias

·1 min de lecture

INFO PARIS MATCH – En pleine campagne présidentielle, les sénateurs ont décidé de se pencher sur les mouvements passés et à venir dans les médias. Première réunion de la commission d'enquête mercredi 24 novembre.  

Dirigeants des médias et patrons des rédaction vont défiler au Sénat jusqu’en février 2022. C'est la dernière surprise de la Haute-Assemblée. Gérard Larcher a donné son feu vert vendredi 19 novembre à la demande du groupe socialiste qui demandait la création d'une commission d'enquête sur la concentration des médias. Selon nos informations, elle sera pluraliste à la fois présidée par Laurent Lafon, sénateur UDI du Val-de-Marne et président de la commission de la culture et de l'éducation du Sénat d'un côté, et le rapporteur en sera David Assouline sénateur PS de Paris, réputé pour sa bonne connaissance des questions relevant des médias, de l'autre.

L'opposition de gauche n'a, bien sûr, pas choisi ce thème par hasard. « Les sénateurs veulent enquêter sur les mouvements capitalistiques dans les médias qui se sont opérés ces dernières années et sont attendus dans les prochains mois », souligne-t-on au palais du Luxembourg.

Un sujet de campagne présidentielle

La première réunion constitutive de la commission se tiendra le 24 novembre. Les auditions se dérouleront jusqu'en février. Selon nos informations, tous les propriétaires de groupes de médias et dirigeants de journaux, de radios et de télévision, devraient être entendus par les sénateurs. L'un d'eux rappellent qu'en vertu des pouvoirs d'une commission d'enquête « aucun d'entre eux ne pourra se soustraire aux auditions ».

En pleine campagne présidentielle, les sénateurs vont sûrement mettre sur la table un nouveau sujet de débat.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles