Le Sénat commence l’examen du budget 2021 avec une croissance de 6% revue à la baisse

·2 min de lecture

Budget : le gouvernement prévoit une croissance à « 6% au lieu de 8% » en 2020, souligne Dussopt

En économie, l’incertitude n’est jamais bonne. Pas de chance, on nage en plein dedans. L’énorme récession que traverse la France, la plus grave depuis la Seconde guerre mondiale, en raison de l’épidémie de Covid-19, et la part d’inconnue liée à la situation sanitaire rendent forcément la suite instable. C’est dans ce contexte que le Sénat entame ce jeudi l’examen du projet de loi de finances (PLF) 2021, trois jours après avoir adopté un quatrième collectif budgétaire 2020, rendu nécessaire avec le reconfinement.

Dès ses premiers mots, le ministre en charge des Comptes publics, Olivier Dussopt, a résumé la situation. « Ce projet de loi de finances est particulier, et à bien des égards, exceptionnel », alors que « le pays est traversé par l’incertitude liée à la crise sanitaire ». Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a lui brillé par son absence, récurrente à la Haute assemblée sur les textes qui pourtant le concernent. Ce qu’a peu apprécié le rapporteur général du budget, le sénateur LR Jean-François Husson :

Je regrette et souligne l’absence de Bruno Le maire. En pareille circonstance, ce manque de respect est une faute.

« Cette hypothèse de croissance à 6 % aura des conséquences sur les grands chiffres »

Illustration de l’incertitude : le gouvernement est contraint de réviser, une nouvelle fois, ses prévisions économiques. Ce qu’il avait déjà fait pour préparer ce PLF. « Le rebond de la crise épidémique nous a amenés à revoir nos prévisions : une récession de -11 % plutôt que -10 % », un « déficit public particulièrement élevé » de « 11,3 % plutôt que 10,2 % et une dette de 119,5 % à 119,8 % du PIB » pour 2020 résume Olivier Dussopt, des chiffres plus « prudents » que les prévisions de la Banque de France.

Mais le gouvernement doit donc, à nouveau, revoir sa copie face (...) Lire la suite sur Public Sénat

Financement du RSA : Dominique Bussereau n’exclut pas « une rupture des relations » entre l’État et les départements

Haine en ligne : les sénateurs et Cédric O débattent des solutions contre les « incendiaires du web »

Covid-19 : « On peut espérer un vaccin pour janvier 2021 », estime Patrick Berche

Conseil national des imams : les sénateurs demandent des précisions sur sa mise en œuvre

Entrepreneurs français de l’étranger : les « grands oubliés » du plan de relance