Le Sénat adopte le projet de loi de réparation envers les harkis

·1 min de lecture
Les sénateurs ont adopté, mardi soir, le texte prévoyant de demander pardon et d'accorder réparation aux harkis.
Les sénateurs ont adopté, mardi soir, le texte prévoyant de demander pardon et d'accorder réparation aux harkis.

À l'issue de très importants débats, le Sénat a adopté, mardi 25 janvier au soir, un projet de loi visant à demander « pardon » aux harkis et à mettre en place une politique de réparation. Le texte a été adopté à l'unanimité des sénateurs présents : 331 d'entre eux ont voté pour, et 13 autres se sont abstenus. Un peu plus tôt, l'Assemblée nationale avait déjà adopté le projet de loi.

Soixante ans après la fin de la guerre d'Algérie, qui a fait près de 500 000 morts entre 1954 et 1962, le texte est la traduction législative du discours tenu par Emmanuel Macron. Le 20 septembre dernier, le président de la République avait demandé pardon aux harkis, ces soldats algériens s'étant battus aux côtés de la France, mais abandonnés par le général de Gaulle à l'issue du conflit.

À LIRE AUSSIProjet de loi : les députés veulent réparer « la tragédie harkie »

Ce texte est « celui de la reconnaissance par la nation d'une profonde déchirure et d'une tragédie française, d'une page sombre de notre Histoire », a souligné la ministre chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants, Geneviève Darrieussecq. Pour la rapporteuse Marie-Pierre Richer (LR), s'il « comporte des avancées importantes », le projet de loi « a un goût d'inachevé ».

Le texte reconnaît « les conditions indignes de l'accueil » réservé aux 90 000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance. Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des « hameaux de forestage [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles