Sénégal: la société civile mobilisée face à une loi qui ouvre la porte aux OGM

WikimediaCommons/Ajocom

La loi sur la biosécurité, votée le 3 juin 2022 sans débat à l'Assemblée nationale sortante, a ouvert la porte aux organismes génétiquement modifiés (OGM). Des organisations se mobilisent alors que le texte n'est pas encore promulgué et que l'Assemblée nationale a été renouvelée

Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier

Au milieu des maniocs et des aubergines de son jardin, Ibrahima Seck, coordonnateur de la Fédération nationale pour l’agriculture biologique, s’inquiète de la nouvelle loi qui ouvre la porte aux OGM. « Nous ne pouvons pas connaître les conséquences de l'entrée des OGM sur la santé de l'homme, sur la santé de l'animal, sur la biodiversité. Il y a des risques de perdre nos semences paysannes. Nous allons voir la standardisation des semences, mais aussi de l'alimentation. »

Les acteurs de la société civile craignent aussi que les agriculteurs deviennent dépendants des multinationales internationales, productrices de semences OGM non reproductibles. En face, les autorités assurent que ces semences résistantes à la sécheresse ou à la salinité des sols pourraient répondre aux défis climatiques.

Des militants prêts à continuer la lutte si la loi est promulgué

Le ministère de l’Environnement et l’autorité nationale de la biosécurité, qui a rédigé la loi, n’ont pas répondu à nos sollicitations.

►À lire aussi : C'est pas du vent - OGM en Argentine : les ravages d'une guerre silencieuse


Lire la suite sur RFI