Sénégal: les sages-femmes de l’hôpital de Louga jugées le 5 mai prochain

C'est finalement le 5 mai que les sages-femmes de l’hôpital de Louga seront jugées en audience spéciale. Elles sont six, poursuivies pour négligence et non-assistance en danger après la mort d'Asnou Sokhna, cette jeune femme qui avait succombé à la maternité alors qu'elle était sur le point d'accoucher.

Avec l’envoyé spécial de la rédaction RFI Fulfuldé à Louga, Ibrahima Niang

Le dossier était appelé par le tribunal ce mercredi 27 avril, mais il a été renvoyé à la demande des avocats de la partie civile qui n'ont pas eu accès au dossier. Me Ousseynou Gueye, qui fait partie du pool d'avocats constitué, explique : « J'ai formulé cette demande de renvoi pour plusieurs raisons. La première, c'est d'abord que le dossier n'a pas été mis à notre disposition à temps. De plus, le dossier médical n'a pas été transféré. »

Les avocats de la défense ont sollicité une libération provisoire pour les quatre sages-femmes en détention préventive. Cette requête a été rejetée, le procureur estimant ne pas avoir de garantie que les prévenues seront présentes pour la prochaine audience. Il redoute qu'elles ne disparaissent dans la nature. Parmi les six sages-femmes, deux n'ont jamais été mises en détention car elles sont enceintes.

Les six sages-femmes habillées en boubou traditionnel, le visage triste, se sont présentées tôt ce matin, dans la salle du tribunal des flagrants délits de Louga. Une salle déjà archicomble, avec un impressionnant dispositif de sécurité qui avait été déployé pour filtrer les entrées et les sorties, tant la mobilisation notamment de femmes venues les soutenir était grande.

Depuis le début de cette affaire, l'intersyndicale des travailleurs de la santé soutiennent les six sages-femmes. Mballo Dia Thiame, membre de And Gesseum, a effectué le déplacement avec d'autres collègues syndicalistes : « Quand vous êtes avec les gens et qu'ils sont en difficulté, la moindre des choses est d'être à leurs côtés. Nous avons ce devoir de solidarité, d'accompagnement. C'est pourquoi nous sommes là. »

Les entrées étaient même filmées, l’idée étant d’éviter tous débordements. Finalement, l’audience aura lieu la semaine prochaine, le 5 mai 2022. Les avocats de la partie civile ont en effet demandé du temps pour examiner les dossiers.

Après le renvoi, du procès, les avocats de la défense estiment que le dossier est vide. Me Moustapha Dieng déclare : « Nous sommes pour une application stricte de la loi pénale. Celle-ci veut que ces personnes-là (les sages-femmes, ndlr) ne sont véritablement pas responsables des faits qui leurs sont reprochés. »

Le personnel hospitalier qui s’était déplacé pour les soutenir a repris le chemin de l’hôpital pour y organiser un sitting de protestation. En attendant l'audience à venir, les employés de l'hôpital Ahmadou Sahir Mbaye de Louga décrète une grève de trois jours à compter du 1er mai.

À lire aussi: Sénégal : émotion après la mort d'une femme enceinte à l'hôpital de Louga

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles