Sénégal : les ruraux, "oubliés" des législatives

© Elimane Ndao, France 24

À 24 heures des élections législatives au Sénégal, l'attention est concentrée sur les grandes villes au poids électoral important, à l’image de Dakar, Thiès ou Mbacké. En province, loin de l'agitation des caravanes et meetings des grandes coalitions politiques, les priorités sont ailleurs. Crise agricole, inflation, changements climatiques... Les ruraux comptent sur la prochaine législature pour améliorer leurs conditions de vie.

Sous un ciel nuageux, Mamour Sarr cultive seul son champ de niébé [plante voisine du haricot, NDLR] à Faylar, un village situé à 120 km à l'est de Dakar, au Sénégal. Le paysan de 40 ans est anxieux. Malgré les efforts fournis sur sa parcelle d’un hectare, il n'a aucune assurance que ses plantes vont pousser. "J'avais semé après les premières pluies du mois de juin. J'ai dû recommencer à zéro car entre début juin et la mi-juillet, aucune goutte d'eau n'est tombée du ciel. J'ai jeté mes derniers espoirs sur de nouvelles semences et des engrais après la reprise des pluies ces derniers jours, en espérant que l'hivernage s'installe et que les récoltes soient bonnes", confie t-il.

En raison d’une pluviométrie irrégulière, les récoltes des principales cultures vivrières et commerciales du Sénégal ont baissé en 2021. L’arachide est par exemple passée d’une production nationale de 1,8 million de tonnes en 2020 à 1,6 million en 2021, selon les chiffres du ministère de l’Agriculture.

Mamour craint le même scénario pour cette année. "Regarde, le niveau des plantes n’est pas le même d’un champ à l’autre", lance-t-il en montrant les contrastes créés par l'irrégularité des pluies. "Il est vrai qu’ici les agriculteurs ne se renseignent pas trop sur les prévisions météorologiques avant de semer, c’est peut-être ce qui explique qu’on n'a la maîtrise sur rien. Ce sont les pouvoirs publics qui doivent nous aider à moderniser l’agriculture, à mieux maîtriser l’eau, à avoir des engrais en qualité et en quantité suffisantes". Mamour espère que la future Assemblée nationale apportera des solutions concrètes aux paysans.

>> À lire : Sénégal : la jeunesse, l’autre enjeu des élections législatives

Insécurité alimentaire

Au Sénégal, la population rurale est majoritaire à 53 %, contre 47 % de citadins selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie. Beaucoup de paysans ont pourtant le sentiment d’être délaissés.

Pour les agriculteurs rencontrés par France 24, les récoltes insuffisantes de la campagne de 2021 ont eu des répercussions importantes sur le prix des céréales et des productions agricoles locales. Au marché de Sandiara, à une centaine de kilomètres de la capitale, les prix sont passés du simple au double. "Le kilogramme d’arachide qui coûtait 500 francs CFA il y a un an est passé à 1 200 francs CFA [0,76 euro, NDLR]. Le niébé est vendu à 1 200 francs CFA le kilo alors qu’il ne coûtait que 400 francs CFA. Le kilogramme de mil a lui augmenté de 100 francs CFA", liste Demba Diop, commerçant en détail, dans une épicerie au bord de la route nationale 1.

"En tant que commerçant, je vends à perte. J’essaie d’aider au maximum les gens pour qu’ils puissent s’en sortir dans ce contexte d’inflation", ajoute Demba, qui n’est pas très intéressé par les législatives et n’ira pas voter dimanche.

C’est tout le contraire d'Alioune, conducteur de taxi "sept places", ces Peugeot 505 des années 1990 qui assurent toujours une partie du transport interrégional au Sénégal. "J’irai voter, c’est sûr, mais je ne vous dirai pas pour qui", plaisante-t-il. "Les zones rurales sont totalement oubliées par l’État. En écoutant les médias et les projets mis en place par le gouvernement, on dirait que le pays se limite à Dakar. Nous, nous sommes les laissés-pour-compte", ajoute Alioune.

En stationnement sur le bord de la route à la sortie de Sandiara, l’homme d’une cinquantaine d'années qui habite un village se situant dans la région de Kaffrine, à 150 kilomètres de là, est également agriculteur. Il assure ne plus s’en sortir économiquement. "Tout est devenu excessivement cher. Il y a dix ou vingt ans, nos réserves en céréales nous permettaient de vivre pratiquement toute une année. Maintenant, on ne tient même plus deux mois après l’hivernage" fulmine-t-il.

La situation semble plus compliquée pour Woury Diouf. Cette femme d'une soixantaine d'années cueille de l’oseille à la périphérie de son champ familial, pour préparer du "koutia", une sauce aromatique accompagnée de gombo, idéale pour le théboudieune, le riz au poisson, plat national au Sénégal. "Ce théboudieune pour le déjeuner va également nous servir de dîner ce soir", affirme-t-elle avec un sourire désabusé. "On n'arrive plus à préparer du couscous tous les soirs comme avant à cause de la cherté du mil", ajoute-t-elle.

L’inflation du prix des graines d’arachide, utilisées pour les semences, a contraint plusieurs familles dans les environs de Sandiara à ne pas semer cette année, informe Woury. Les graines sont vendues à 1 500 francs CFA le kilogramme. Un prix jugé excessif par de nombreux paysans.

"Si j’ai une chose à dire à ces députés qui seront élus dimanche, c’est de nous aider à baisser le coût de la vie. C’est ma seule requête", renchérit Woury, qui confesse ne pas suivre l’actualité politique.

La campagne électorale qui s’est achevée vendredi a surtout été rythmée par des diatribes entre candidats rivaux, dénonce de son côté Sitor, un jeune homme âgé de 24 ans, qui habite près de Ngoultoune à une dizaine de kilomètres de Sandiara. "Je suis tous les jours l’actualité politique et les différents discours sur la campagne électorale. Je n’ai pas vu une seule proposition pour soulager le monde rural, aucune solution pour moderniser l’agriculture pour nous aider à augmenter les rendements."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles