Sénégal: de la prison requise contre des sages-femmes dans le procès de l’affaire «Astou Sokhna»

Six sages-femmes sont devant la justice depuis jeudi 5 mai à Louga au Sénégal dans l’affaire « Astou Sokhna », du nom de cette femme enceinte de 9 mois décédée en couches à l’hôpital de Louga. Les professionnelles sont inculpées pour « non-assistance à personne en danger », avec la famille de la défunte dénonçant des négligences du personnel de la maternité. Mais pour la défense, ces poursuites sont injustes. Le procureur a toutefois requis la relaxe pour deux des sages-femmes, et la peine d’un an de prison dont un mois ferme pour les quatre autres.

Avec notre envoyée spéciale à Louga, Charlotte Idrac

La salle d’audience était comble pour l’ouverture de l’audience dès 9h (TU), beaucoup de personnes devant rester debout pour y assister.

D’abord tour à tour, les six sages-femmes, avec les cheveux entourés de foulards colorés, ont été interrogées par le président du tribunal et les nombreux avocats : « À quelle fréquence avez-vous surveillé Astou Sokhna après son admission à la maternité ? » ; « Saviez-vous que la patiente avait des antécédents et que c’était une grossesse à risque ? » ; « Saviez-vous qu’une césarienne était programmée le lendemain ? ». Soit des questions qui peuvent être résumées par « avez-vous fait ce qu’il fallait ? »

Aucune ne reconnaît la non-assistance à personne en danger, elles assurent que le protocole a été respecté et qu’au moment de leur visite, Astou Sokhna « n’était pas dans un état inquiétant ».

Du côté des parties civiles, le mari de la victime a évoqué l’indifférence, voire les propos malveillants des sages-femmes à l’endroit de son épouse. La mère d’Astou Sokhna, quelque peu floue, mais combative, a aussi pointé du doigt les sages-femmes, au sens figuré comme au sens propre.

Un an de prison dont un mois ferme : le procureur a demandé une application « bienveillante » de la loi. Après les plaidoiries de la partie civile, les avocats du mari et de la mère d’Astou Sokhna, qui au contraire ont demandé un jugement « pour l’exemple ».

Astou Sokhna souffrait de douleurs terribles, puis des difficultés respiratoires et personne n’est venu la voir entre 17h et 22h. « Hippocrate n’est pas hypocrite », a lancé l'un des avocats des plaignants en référence au serment des soignants pour protéger les patients.

« Les propos dégradants dans les maternités du Sénégal, ça suffit », a renchéri un autre avocat des parties civiles, qui a appelé les sages-femmes du pays à faire leur introspection « pour changer leur comportement et faire preuve d’humanisme ».

Un système de santé « malade »

« Injuste » pour les soutiens des prévenues. « Il n’y a pas de décès évitable », a répondu l'avocat de la défense : « les sages-femmes ont fait tout ce qu’elles pouvaient, tout ce qu’elles devaient faire », dit-il. Astou Sokhna a été admise, elle a été examinée, le protocole a été suivi, mais les sages-femmes n’ont pas les moyens de travailler dans de bonnes conditions », poursuit l’avocat qui parle d’un système de santé « malade » et qui appelle à « ne pas céder à la vindicte populaire ».

C’est aussi ce que se disent les représentants des syndicats de la santé, qui se sont mobilisés aujourd’hui à Louga pour marquer leur solidarité avec leurs collègues. Ils insistent sur les conditions difficiles de travail des sages-femmes, qui se sont mobilisées dans le calme aux abords du Palais de justice. Ce dernier est sous haute surveillance policière

► À lire aussi : Procès des sages-femmes dans l’affaire «Astou Sokhna»: le drame de la mortalité maternelle au Sénégal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles