Sénégal : des nappes d'algues à la surface de la mer suscitent l'inquiétude

Au Sénégal, des questions et inquiétudes émergent après l’apparition brutale de nappes d’une couleur marron-orange à la surface de la mer, sur la Petite Côte, au sud de Dakar. Des scientifiques du Centre de recherches océanographiques de Dakar-Thiaroye (CRODT) et l’Institut de recherches pour le développement (IRD) ont mené l’enquête, avec la participation citoyenne de riverains : le coupable est une micro-algue, inoffensive pour l’homme, mais potentiellement toxique pour les organismes marins.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

L’effet a été spectaculaire sur les plages de Saly, la Somone ou encore Popenguine, avec une eau soudainement très colorée près de la côte. Un phénomène dû à ce qu’on appelle un « bloom » : l’explosion de la concentration d’une micro-algue explique Patrice Brehmer, chercheur à l’IRD.

Noctiluca scintillans

« Dans le cas d’espèce, le Noctiluca scintillans, c’est un dinoflagellé qui est toxique pour l’environnement de manière indirecte, explique le chercheur. Quand il y a des explosions comme ça de populations, il peut produire de fortes concentrations d’ammoniaque et faire chuter le niveau d’oxygène dissous dans la mer. »

► À écouter : Si loin, si proche : Au fil de l’eau en Casamance, au cœur de la réserve de Kalissaye

Le phénomène serait lié à des facteurs climatiques, avec une remontée brutale des températures de la mer, et la fin des alizés, donc des vents de nord-est. Il va rapidement s’estomper, selon le chercheur, mais pourrait devenir récurrent, et perturber la chaîne alimentaire. Les Noctiluca scintillans consomment en effet les diatomées, à la base de la chaîne alimentaire pour les petits pélagiques et le Yaboy.

Conséquences dans la durée

« Il n’y a aucun problème pour la consommation de poisson, rassure Patrice Brehmer. Ce n’est pas non plus dangereux pour les poissons de façon directe, mais à moyen terme, c’est embêtant parce que ces Noctiluca scintillans entrent en compétition avec les diatomées qui sont les proies favorites des petits pélagiques du Yaboy au Sénégal. »

Le Yaboy, autrement dit la sardinelle. Ce qui pourrait avoir, dans la durée, des conséquences économiques et sociales. Pour le scientifique, il n’y a pas de lien direct avec la maladie dite « des pêcheurs » apparue depuis 2020. Mais le phénomène nécessiterait des recherches approfondies.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles