Publicité

Sénégal : "Les manifestants ont déversé leur colère sur tout ce qu’ils ont vu"

Sénégal : "Les manifestants ont déversé leur colère sur tout ce qu’ils ont vu"

Le Sénégal a connu vendredi sa journée de manifestations la plus intense depuis le report de l’élection présidentielle par l’Assemblée nationale le 5 février. Au moins trois personnes ont perdu la vie, à Saint-Louis, Dakar et Ziguinchor, dans le sud du pays. Dans le quartier de la capitale Cité des eaux, les habitants fustigent des destructions excessives, bien que certains reconnaissent comprendre la colère des manifestants.

La tension est montée d’un cran vendredi 9 février au Sénégal. Six jours après l’annonce par le président Macky Sall de l’interruption de la présidentielle du 25 février, reportée depuis au 15 décembre par l’Assemblée nationale, des manifestations ont eu lieu à travers le pays, violemment réprimées par la police. La mort d'un jeune étudiant vendredi dans la ville portuaire de Saint-Louis a provoqué un vif émoi. Une enquête a été ouverte pour établir les circonstances du décès. Une seconde personne est morte à Dakar, samedi matin, succombant à une blessure par balle à l'abdomen, a confirmé son frère à France 24. Samedi soir, Landing Camara, un lycéen de 16 ans, est décédé, après avoir été blessé lors d'une manifestation à Ziguinchor, dans le sud du Sénégal, portant à trois le nombre de personnes tuées dans le pays depuis le début de la contestation.

L’homme attend l’huissier qui doit évaluer le coût de la casse. "Il faut remplacer six machines. On ne sait pas quand ça va reprendre parce qu’il pourrait bien y avoir d’autres manifestations."


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Sénégal : échauffourées et slogans anti Macky Sall à Dakar
Sénégal : "C'est la consternation depuis que l'Assemblée a entériné le report de la présidentielle"
Report de la présidentielle au Sénégal : entre stupeur et condamnation, des réactions en cascade