Publicité

Sénégal: l'Assemblée vote le report de la présidentielle après l'évacuation forcée de députés de l'opposition

Après l'évacuation par les gendarmes des députés de l'opposition de l'hémicycle, l’Assemblée nationale a adopté ce lundi 5 février à la quasi unanimité des députés présents la proposition de loi de reporter la présidentielle au 15 décembre 2024 et celle de laisser au pouvoir le président sortant jusqu’à l’entrée en fonction d’un nouveau chef de l'État.

Au Sénégal, les députés ont examiné ce 5 février 2024 la proposition de loi pour reporter la présidentielle du 25 février au 15 décembre 2024. À l’issue d’une longue journée, elle a été votée et adoptée à 105 voix pour et 1 contre, mais sans les députés de la principale coalition d’opposition, rapporte notre correspondante à Dakar, Léa-Lisa Westerhoff. Ces derniers ont été évacués par les gendarmes car ces parlementaires refusent de voter sans un débat sur le fond.

Autour du Parlement, des dizaines de gendarmes avaient quadrillé la zone pour empêcher tout rassemblement. Et même l’accès à l’Assemblée nationale était plus compliquée que d’habitude, avec des forces de l’ordre équipées de matraques déployées jusque dans l’enceinte du Parlement. Dans la rue, la tension a monté d’un cran dès hier, avec des échauffourées tandis que l'opposition cherchait à se rassembler.

C’est un scandale, juge également le député Guy Marius Sagna du parti dissous Pastef, rapporte notre correspondante à Dakar Théa Ollivier. Selon lui aussi, reporter l’élection au 15 décembre et permettre au président sortant de garder ses fonctions jusqu’à l’arrivée de son successeur est synonyme de coup d’État constitutionnel.


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
À la Une: le Sénégal sous haute tension