Sénégal : l'émigration des jeunes, un nouvel enjeu social

Par Nelly Robin* pour Theconversation.com
·1 min de lecture
Des jeunes pêcheurs se réunissent, le 17 novembre 2020 à Mbour (un des plus grands lieux de départ des migrants clandestins) avec des politiciens pour discuter des moyens de créer des emplois afin de prévenir l'émigration irrégulière. 
Des jeunes pêcheurs se réunissent, le 17 novembre 2020 à Mbour (un des plus grands lieux de départ des migrants clandestins) avec des politiciens pour discuter des moyens de créer des emplois afin de prévenir l'émigration irrégulière.

Depuis l'automne, l'archipel des îles Canaries connaît une forte accélération des arrivées de migrants subsahariens, candidats à l'immigration en Europe. Plus de 2 000 ont accosté en seulement deux jours, début novembre. Parmi eux, des mineurs sénégalais. Leur présence questionne les logiques habituelles de l'émigration sénégalaise et interroge ce désir de partir coûte que coûte au péril de sa vie.

Lire aussi Migrants : au Sénégal, un deuil numérique pour les disparus en mer

Les relations de parenté, un enjeu ambigu

Aujourd'hui, comme le montre notre récente étude, le départ du cadet, parfois très jeune, devient de plus une réalité. Cela encourage-t-il une renégociation de la position sociale des nouveaux migrants au sein de la parenté ?

Dans la famille sénégalaise, au sein d'une même génération, l'autorité appartient d'abord aux aînés. L'émigration actuelle, souvent entreprise par le cadet, très tôt en rupture scolaire (en raison de la surcharge des classes en primaire et de la précarité économique des familles), interroge ces principes du système de parenté et du réseau des familles qui lui sont apparentés.

La décision d'émigrer s'est individualisée. Elle n'est plus pensée dans un processus de transmission à l'intérieur du lignage ; elle substitue au droit d'aînesse l'initiative personnelle, stimulée par les responsabilités que chacun considère avoir vis-à-vis de ses parents et de l'économie familiale.

Cette transformation des logiques migratoires prive l'aîné [...] Lire la suite