Sénégal: des arrestations après le décès d'une mère et de son bébé pendant l'accouchement

Un nouveau drame secoue le milieu hospitalier au Sénégal. Trois professionnels de santé ont été arrêtés après le décès d'une mère et de son bébé, lors de son accouchement dans le centre de santé de l'hôpital de Kédougou, dans le sud-est du pays. Ces deux décès s'ajoutent à d'autres précédents mettant en lumière les faiblesses du système de santé sénégalais.

Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier

Un gynécologue, un anesthésiste et un infirmier ont été placés en garde à vue à Kédougou, dans la nuit de mercredi, après le décès d'une mère et de son bébé. Une enquête a été ouverte contre ces trois personnes notamment pour « homicide involontaire » selon Baye Thiam, le procureur de Kédougou. Dans un communiqué, il a évoqué « une forte négligence médicale » ainsi qu’« un manquement manifeste aux règles élémentaires de la médecine » dans cette affaire.

Un rapport que conteste Fodé Danfakha, médecin-chef du district sanitaire de Kédougou et secrétaire général régional du Syndicat autonome des médecins du Sénégal, qui avait appelé à la grève nationale vendredi 2 septembre pour soutenir leurs confrères. « Tout ce qu’on demande, c’est d’avoir un avis d’expert. Qu’il puisse venir voir ce qui s’est passé, interroger les personnes concernées. C’est ça qui permet d’amener la lumière. Mais ce qui est écrit dans le communiqué est diamétralement opposé à ce qui s’est fait durant la prise en charge. »

Selon lui, les accusés auraient dû rester en liberté pour continuer à exercer, dans cette région qui fait face à un manque de personnel avec seulement deux gynécologues et deux techniciens anesthésistes qui sont actuellement soit arrêtés soit en grève.


Lire la suite sur RFI