Sénégal : accalmie conditionnelle

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le quotidien retrouve un peu plus de calme avec le report de la manifestation pacifique prévue ce samedi. Mais rien n'est encore totalement joué alors que le mouvement de contestation a transmis un « mémorandum en dix points » à l'attention du président Macky Sall. 
Le quotidien retrouve un peu plus de calme avec le report de la manifestation pacifique prévue ce samedi. Mais rien n'est encore totalement joué alors que le mouvement de contestation a transmis un « mémorandum en dix points » à l'attention du président Macky Sall.

Ce samedi était considéré comme une journée à risque malgré le caractère « pacifique » octroyé à la manifestation prévue quelques jours après les pires heurts qu'a connus le pays depuis une décennie. Finalement, celle-ci a été reportée sine die vendredi par le Mouvement de défense de la démocratie (M2D), positionné comme le fer de lance du mouvement de contestation en soutien à l'opposant Ousmane Sonko et contre ce qu'il considère comme des atteintes de la démocratie sénégalaise.

À LIRE AUSSISénégal : au front, les femmes aussi

Zoom sur le contexte tendu du Sénégal

Le Sénégal a été le théâtre la semaine passée d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre, de pillages et de saccages après l'arrestation d'Ousmane Sonko, troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme un des principaux candidats à celle de 2024. Ces violences ont fait au moins cinq morts ? onze selon le collectif de contestation ? au cours des troubles les plus graves depuis 2012 dans ce pays réputé comme un îlot de stabilité en Afrique de l'Ouest.

Pour rappel, Ousmane Sonko a été inculpé lundi dans un dossier pour viols présumés ouvert à la suite d'une plainte déposée contre lui par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos. Il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire. L'opposant crie au complot ourdi par M. Sall pour l'écarter de la prochaine présidentielle, ce que le chef de l'État a réfuté. M. Sonko a [...] Lire la suite