Sénégal: 4 présumés jihadistes ont été inculpés

·2 min de lecture

Ils sont poursuivis notamment pour « association de malfaiteurs » et « actes d’appui au terrorisme ». Ces quatre personnes ont été arrêtées le mois dernier à Kidira, dans l’est du pays, ville frontalière du Mali. Elles sont soupçonnées d’être liées à la Katiba du Macina dirigée par le jihadiste malien Amadou Kouffa.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Leur avocat le confirme : les quatre personnes arrêtées à Kidira ont été écrouées pour les besoins de l’enquête. Mais « il n’y a aucune preuve matérielle dans ce dossier », affirme maître Abdy Nar Ndiaye joint ce vendredi matin. Selon lui, à ce stade, les « investigations n’ont pas corroboré les charges ». D’après nos informations, les quatre hommes ont été arrêtés par les gendarmes des Garsi, les Groupes d’action rapides de surveillance et d’intervention, soutenus par l’Union Européenne et déployés à Kidira.

Les inculpés étaient-ils inscrits sur des groupes WhatsApp liés à la mouvance d’Amadou Koufa ? L’avocat ne le précise pas. Mais les discours du prédicateur malien trouvent un écho bien au-delà du territoire du Macina. Dans un rapport au Conseil de sécurité, au début du mois, des experts de l’ONU soulignent que « des éléments du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, soutenus par des influenceurs islamistes radicaux, se sont implantés au Sénégal », plus précisément : « le long de la route de Kayes à Kaffrine, à Bakel, dans la région du Ferlo et dans la zone d’extraction aurifère de Saraya ».

La menace est « anticipée », affirme un observateur, qui rappelle notamment qu’une base militaire est en cours de construction à Goudiry, dans la région de Tambacounda. Mais « la gestion des urgences sécuritaires » ne suffira pas, selon Bakary Sambe, directeur du Timbuktu Institute. « L’enjeu, c’est que ces groupes ne trouvent pas de "couveuse" au sein de la population » selon le chercheur, qui insiste sur « le développement, la gouvernance, le sentiment d’appartenance nationale », en bref : « l’Etat protecteur »