Ségolène Royal ou François Hollande candidats en 2022 ? « On amuse la galerie »

·1 min de lecture

Qui représentera la gauche en 2022 ? Si à La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon s’est déjà porté candidat, au Parti socialiste, c’est beaucoup plus flou. Il est encore difficile de dire qui sera sur la ligne de départ. Pourtant, les ambitions ne manquent pas : Najat Vallaud-Belkacem, Arnaud Montebourg, Jean-Christophe Cambadélis et bien d’autres ne disent pas totalement non. Tout comme François Hollande et Ségolène Royal qui veulent croire à une éventuelle revanche. « Si cela s'avère utile, dans le cadre d'une décision collective, à commencer par le PS, je suis prête. J'ai l'expérience d'une campagne », avait expliqué mi-décembre auprès du Parisien celle qui avait échoué au second tour de l’élection présidentielle en 2007 face à Nicolas Sarkozy. Son ancien compagnon, François Hollande n’exclut pas non plus l’idée d’un retour. « Il pense toujours qu’il faut créer les conditions d’un rassemblement des socialistes, avec un projet renouvelé, et il y travaille », explique ce lundi 28 décembre l’entourage de l’ancien président de la République dans les colonnes du Monde.

Seulement, le quotidien indique que même ses anciens proches ne semblent pas croire en ses chances. « François n’a toujours pas digéré le hold-up de Macron et veut prendre sa revanche, mais ce n’est plus envisageable », analyse dans le journal une ancienne de ses fidèles. Le contexte actuel du PS ne lui serait pas favorable alors que le patron du parti Olivier Faure milite pour une candidature unitaire, ce qui réduirait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Les chroniques de Bridgerton : qui est Regé-Jean Page, le beau gosse de la série de Netflix ?
VIDÉO - Chez Laurence Ferrari, un médecin pessimiste : « On n’est pas sorti de la 2e vague »
L'agenda 2021 du gotha : Royal Baby, anniversaire de mariage pour Kate et William...
"On n'ouvrira pas avant avril" : le restaurateur Stéphane Manigold désespéré
"Le coronavirus, ce n'est pas la peste" : le Dr. Gérald Kierzek s'agace sur le passeport vaccinal