Ségolène Royal ambassadrice des pôles: pourquoi elle est critiquée depuis plusieurs mois

1 / 2

Comment Ségolène Royal se prépare en vue de la présidentielle de 2022

Entre Ségolène Royal et l'exécutif, le torchon brûle. Dernier épisode en date: une missive, adressée par les ministères des Affaires étrangères et de la Transition écologique à l'ambassadrice des pôles, le 7 janvier, et rendue publique par l'intéressée via son compte Facebook, après la divulgation de l'information par Le Canard Enchaîné.

"Il est envisagé de mettre fin à vos fonctions au regard de vos récentes prises de parole publiques, qui mettent en cause la politique du gouvernement à la mise en œuvre de laquelle, en votre qualité d'ambassadrice (...) vous êtes étroitement associée", écrivent les deux secrétaires généraux du Quai d'Orsay et du ministère de la Transition écologique, François Delattre et Emilie Piette.

L'épilogue d'une série à multiples volets? Depuis plusieurs mois, Ségolène Royal multiplie les critiques à l'égard de la politique appliquée par le gouvernement, tout en demeurant au poste d'ambassadrice des pôles auquel l'a nommé Emmanuel Macron après son élection. Une mission qui a suscité depuis de nombreuses critiques, et pour laquelle elle fait désormais l'objet d'une enquête préliminaire de la justice.

  • Parce qu'elle a pris des libertés avec le devoir de réserve lié à sa fonction

"Ainsi que vous l'avaient rappelé les secrétaires généraux du ministère de l'Europe et des affaires étrangères et du ministère de la transition écologique et solidaire par lettre du 11 janvier 2018,...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi