Ségolène Royal affirme n'avoir "jamais nié les crimes de guerre" en Ukraine et s'"excuse"

Ségolène Royal sur le plateau de BFMTV le 31 août 2022 - BFMTV

L'ancienne candidate à la présidentielle assure que ses propos ne remettaient pas en cause les crimes de guerre et qu'elle cherchait uniquement à "plaider pour la paix".

L'ex-candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal a assuré samedi sur Twitter n'avoir "jamais nié les crimes de guerre" et s'est excusée "auprès des victimes si elles l'ont pensé", après ses propos polémiques sur la guerre en Ukraine.

Jeudi soir, sur BFMTV, elle avait dénoncé "une propagande de guerre par la peur" de la part du président ukrainien Volodymyr Zelensky, et mis notamment en doute la réalité de "la maternité bombardée" dans le sud-est de l'Ukraine en mars.

Elle a aussi mis en doute le massacre de Boutcha ou "le récit de viol d'enfant pendant sept heures sous les yeux des parents". "C'est monstrueux d'aller diffuser des choses comme ça uniquement pour interrompre le processus de paix", avait-elle affirmé. Ses propos ont suscité une vive polémique au sein du monde politique.

Royal précise son propos

"Je n'ai jamais nié les crimes de guerre et je m'excuse volontiers auprès des victimes si elles l'ont pensé", a twitté samedi Ségolène Royal. Elle a tenu à mettre en avant la fin de son propos de jeudi.

Elle y précisait qu'"il y a une forme de surenchère dans la description de l'horreur, pour susciter des livraisons d'armes et pour s'interdire de mettre en place des processus de négociations et de paix, alors que le peuple ukrainien a besoin de la paix (...). La description des horreurs dans le cadre d'une propagande de guerre empêche les processus de paix".

"Plaider pour la paix, c'est agir pour l'arrêt des souffrances du peuple ukrainien et de l'agression russe", a-t-elle encore estimé samedi.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Il y a une propagande de guerre par la peur" : Ségolène Royal met en doute certains possibles crimes de guerre en Ukraine