Sécurité routière : les voitures-radar banalisées sont-elles efficaces ?

·1 min de lecture

Plus que jamais, les automobilistes vont devoir lever le pied sur les routes de France. Des voitures-radar banalisées vont opérer dans quatre régions supplémentaires à partir de l'année prochaine : l'Île-de-France, la Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Occitanie et l'Auvergne-Rhône-Alpes. Le déploiement de ces véhicules confiés à des entreprises privées sera élargi à l'ensemble du territoire métropolitain en 2022.

Les voitures-radar doivent permettre au ministère de l'Intérieur de renforcer la sécurité routière. Mais pour beaucoup de conducteurs, c'est d'abord une nouvelle façon de prendre une amende. François Tarrain, rédacteur en chef adjoint d'Autoplus, détaille le dispositif sur Europe 1.

>> LIRE AUSSILe bide des radars embarqués privés

Une fenêtre noire, des équipements sur le tableau de bord

Comme leur nom l'indique, ces véhicules banalisés ne sont pas repérables. "Ils ressemblent de prime abord à la voiture de Monsieur Tout-le-monde. Il y a beaucoup de modèles qui peuvent être des voitures-radar banalisées", prévient-il dans l'émission Europe Midi. Le journaliste revient ensuite sur la cession de ces modèles à des entreprises privées. "Initialement, ces voitures étaient aux mains des forces de l'ordre. Et puis un beau jour, la sécurité routière a décidé de confier en délégation la conduite de ces véhicules à des chauffeurs privés, officiellement pour décharger les forces de l'ordre de cette tâche ingrate."

Des appels d'offre ont été ouverts par région, puis par dépa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles