Sécurité routière : comment mieux accompagner les familles des victimes ?

·1 min de lecture

Des chiffres encore trop élevés. En 2021, plus de 2.500 personnes ont perdu la vie sur la route. Face à ces drames, les familles des victimes sont encore trop souvent délaissées, le dispositif d'accompagnement n'étant pas suffisant selon Pierre Lagache, le vice-président de la Ligue contre la violence routière. "Quand vous êtes confronté à l'annonce, c'est d'une extrême violence. Paradoxalement, vous avez tout un tas de décisions à prendre", explique-t-il sur Europe 1. Pour la journée internationale des victimes de la route, plusieurs solutions sont possibles pour mieux prendre en charge les victimes collatérales de ces accidents.

>> Réécoutez Europe Midi week-end en podcast ou en replay ici

 

Repenser l'annonce, le conseil juridique et l'accompagnement psychologique

"Les victimes me disent clairement qu'elles se sont senties vraiment seules et démunies", raconte-t-il, proposant des moyens de répondre à ces demandes. "Il est important d'imaginer des protocoles structurés qui balayent l'ensemble de la problématique. Il y a l'annonce, le conseil juridique, très important, et il y a aussi l'accompagnement psychologique", énumère Pierre Lagache. "Toute erreur reste gravée dans la mémoire des victimes et peut créer un traumatisme, ce qui fait en sorte que le chemin vers la résilience est plus ou moins facilité", alerte-t-il sur Europe 1.

>> LIRE AUSSISécurité routière : trois questions sur la vente d'éthylotests dans certains commerces

Un relâchement sur les routes a...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles