Sécurité routière : la faible baisse de la mortalité des cyclistes s'explique par "la hausse de la pratique du vélo", selon la Fédération des usagers

franceinfo
·1 min de lecture

La mortalité sur les routes a chuté de 35,2% en janvier 2021 par rapport à janvier 2020, selon les chiffres de la Sécurité routière, mais dans le même temps, le nombre de cyclistes tués n'a pas considérablement baissé, passant de 13 en 2020 à 10 en 2021 (-23%). Cela s'explique par "la hausse de la pratique" depuis la mise en place du premier confinement, selon Olivier Schneider, président de la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette), invité de franceinfo lundi 15 février. Il estime que ces chiffres représentent une stabilité, étant donné qu'il y a "plus de déplacements à vélo, autour de 30% en moyenne".

franceinfo : Comment expliquez-vous le nombre de cyclistes tués ou gravement blessés ?

Olivier Schneider : Tout simplement par la hausse très impressionnante de la pratique et donc, globalement, le fait qu'il y ait cette stabilité dans les accidents et dans les tués, cela veut dire que le risque individuel chute. Il ne s'agit pas de s'en contenter, mais néanmoins, le fait qu'il y ait beaucoup plus de déplacements à vélo, autour de 30% en moyenne, mais même beaucoup plus au niveau des métropoles, fait que mécaniquement cette stabilité s'apparente malgré tout à une chute du risque individuel.

Les comportements sont-ils adaptés ?

Aujourd'hui, il faut faire attention aux amalgames. Il y a eu une très forte augmentation du nombre de cyclistes dans les agglomérations, mais c'est hors des villes que l'on voit une augmentation du nombre de tués. Donc, ce sont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi