Sécurité routière : le calvaire des victimes des délits de fuite

L'accident a eu lieu il y a quelques semaines : Ibrahim, 7 ans, a été violemment percuté sur une rue piétonne par un motard, à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne. Le chauffard a pris la fuite. Grâce à l'intervention des secours, l'enfant s'en sort, mais il a un oedème cérébral et risque d'avoir des séquelles. En France, toutes les trois minutes, un conducteur prend la fuite après un accident. Ces dernières années, le nombre de délits de fuite a explosé : 138 515 en 2010 contre 187 343 en 2019, soit une hausse de 35% en neuf ans. Dans le même temps, le nombre de délits routiers a augmenté : + 22% de défauts de permis, et + 15% de défauts d'assurance. La double peine des victimes Dans la majorité des cas, l'auteur du délit n'est pas retrouvé. Sans agresseur identifié, c'est la double peine : le fonds de garantie se substitue aux assurances, mais cela prend du temps et certaines victimes ont le sentiment d'être abandonnées. Selon le fonds de garantie, en 2019, 25,5 millions d'euros ont été versés aux victimes de délit de fuite, soit 30% de plus qu'il y a cinq ans.