Sécurité renforcée pour le Dakar 2023, vitrine pour l'Arabie saoudite

© AFP

À quelques heures du départ de la 45e édition du Dakar , les organisateurs renforcent la sécurité . Le niveau d'alerte a été revu à la hausse face aux menaces sécuritaires. "On recentre tout le monde, et on se concentre sur le bivouac, c'est ce qu'on a fait pour tenir compte de ce qui s'est passé l'an dernier", commente le patron de l'épreuve David Castera, en référence à l'explosion qui a visé le Dakar 2022 à Jeddah, deux jours avant son départ.

Contrairement à la tradition, les vérifications techniques des véhicules et le départ se font donc non pas de Jeddah, deuxième ville de la riche monarchie du Golfe, mais d'un vaste bivouac plus au nord, sur les rivages de la mer Rouge, entouré de grillages et dont la police anti-explosif vérifie l'accès.

>> À ÉCOUTER AUSSIDakar : les ambitions de Sébastien Loeb pour l'édition 2023

 

Une course ciblée

Depuis son premier départ en 1978, l'ex Paris-Dakar a été ciblé à plusieurs reprises au point que pour sa 30e édition, entre Lisbonne et Dakar, les "menaces directes lancées contre la course par des mouvances terroristes" avaient contraint les organisateurs à annuler à la dernière minute. La course s'était l'année suivante délocalisée en Amérique latine.

Enraciné dans les sables saoudiens depuis 2020 pour un contrat de cinq ans, le Dakar n'est pas pour autant à l'abri des risques. Le royaume ultraconservateur dirige en effet une coalition militaire engagée au Yémen voisin en conflit depuis 2015, et connaît des tiraillements inte...


Lire la suite sur Europe1