Sécheresse en Italie: l'agriculture au nord du pays peine à irriguer les champs

Près de la moitié du territoire de l’Union européenne fait face à un risque de sécheresse en raison de l'absence prolongée de précipitations. La situation dans le nord de l'Italie est particulièrement préoccupante, car l'été n'est pas fini et un tel déficit hydrique à cette période n'avait pas été observé depuis 70 ans.

De notre envoyée spéciale dans la plaine du Pô,

« Ce que l'on voit en face, c'est une très grande plage de sable ». Une lande de terre au milieu du Pô près de Ferrare où la végétation a eu le temps de pousser : le signe que, même en hiver, cette partie n'a pas été immergée, explique Stefano Calderoni, agriculteur et président du syndicat d'assainissement et d'irrigation local. « On n'a jamais vu cette plage prendre une telle dimension. On pourrait presque traverser le Pô à pied. Dans beaucoup de ports de plaisance, comme celui-là, les embarcations ne peuvent plus sortir. »

Le syndicat a dû réduire ses prélèvements de 20% car le faible débit du Pô a d'autres conséquences quelques kilomètres plus en aval : le fleuve n'empêche plus l'eau de mer de remonter dans son lit.

« Ça, c'est l'effet du sel. Il remonte par capillarité et brûle la plante », explique Stefano Calderoni qui se désole devant les champs de soja d'un de ses collègues. « L'absence de pluie accentue la remontée du sel dans le terrain. S'il avait plu, 100 mm comme les autres années, ce phénomène ne serait pas survenu. Là-bas en revanche, la tache que l'on voit est due au fait qu'ils ont irrigué sans contrôler la salinité de l'eau : ils ont brûlé les champs eux-mêmes. Mais les plantes seraient mortes sans eau ! »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles