Une sécheresse inédite décime les éléphants du Kenya

Les éléphants pâtissent de la sécheresse au Kenya
Pexels Les éléphants pâtissent de la sécheresse au Kenya

SÉCHERESSE - Alors que les gouttes d’eau se font rares, plus de 200 éléphants sont morts à cause de la sécheresse entre février et octobre au Kenya. La ministre du Tourisme, Peninah Malonza, a déclaré ce vendredi que le pays était confronté à d’importants déficits pluviométriques.

Moteur économique de l’Afrique de l’Est, le Kenya est une destination touristique majeure sur le continent, notamment grâce à sa faune. Mais selon les autorités, la sécheresse touche 23 des 47 comtés du pays, soit la moitié. Cette sécheresse est d’une intensité inédite depuis 40 ans et s’ajoute à la famine. Au total, quatre millions de personnes sur une population de plus de 50 millions d’habitants sont touchées par la faim.

La raison d’une telle sécheresse : quatre saisons des pluies insuffisantes de suite ont créé les conditions les plus sèches observées depuis le début des années 1980. « La sécheresse a engendré une importante mortalité de la faune, principalement chez les espèces herbivores (...) en raison de l’épuisement des ressources alimentaires ainsi que des pénuries d’eau », a annoncé lors d’une conférence de presse à Nairobi la ministre du Tourisme Peninah Malonza.

Selon Peninah Malonza, quatorze espèces sont particulièrement touchées par la sécheresse. Entre février et octobre 2022, 205 éléphants sont morts à cause du manque d’eau à travers le pays, 512 gnous, 381 zèbres, 12 girafes et 51 buffles. « Plus de 70 éléphants sont morts » sur la période dans les régions d’Amboseli, à environ 160 kilomètres au sud de la capitale Nairobi, et de Laikipia-Samburu, dans le nord du pays.

Un système de provisions mis en place

Selon les données du ministère du Tourisme publiées en 2021, le Kenya compte plus de 36 000 éléphants. Pour faire face à la sécheresse, la ministre a annoncé que les autorités avaient mis en place notamment des « provisions de foins pour les espèces touchées ».

Fin septembre, l’ONG Save the Elephant avait annoncé le décès d’un éléphant célèbre dans la réserve de Samburu, étendue aride dans le nord du Kenya. Monsoon (« Mousson » en anglais), femelle âgée d’une soixantaine d’années, et mère de sept éléphanteaux, avait survécu cinq fois à des braconniers. L’éléphante a été euthanasiée fin septembre et l’ONG avait alors déclaré que la mauvaise santé de l’éléphant était due à son âge, mais qu’elle avait « été aggravée par la sécheresse ».

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Si l’on considère également les activités agricoles, rivières et puits étant asséchés, les pâturages se sont transformés en poussière, causant la mort de plus d’un million et demi de têtes de bétail rien qu’au Kenya.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi