Sécheresse en Corée du Nord, les récoltes céréalières menacées

La Corée du Nord a décrété jeudi la "mobilisation générale" pour sauver les récoltes menacées par une canicule extrême, alors que le pays est déjà aux prises avec des sanctions internationales sévères du fait de son programme nucléaire militaire. /Photo d'archives/REUTERS/Navesh Chitrakar

SEOUL (Reuters) - La Corée du Nord a décrété jeudi la "mobilisation générale" pour sauver les récoltes menacées par une canicule extrême, alors que le pays est déjà aux prises avec des sanctions internationales sévères du fait de son programme nucléaire militaire.

La sécheresse qui accompagne la canicule provoque une "catastrophe naturelle sans précédent", déclare Pyongyang.

"Ces températures élevées sont une catastrophe naturelle sans précédent, mais ne sont pas un obstacle insurmontable", écrit le journal officiel du parti, Rodong Sinmun, qui appelle à la mobilisation de "l'ensemble des capacités" pour remédier à la situation.

Le mercure atteint le niveau record des 40° Celsius dans certaines régions du Nord depuis la fin juillet, et certains signes laissent penser que la récolte de riz et de maïs, deux céréales qui ont besoin de beaucoup d'eau, en pâtira, écrit le journal du parti dans un éditorial de première page.

"La question de savoir si les bonnes conditions actuelles de récoltes, pour lesquelles la nation entière s'est investie sans compter jusqu'à présent, déboucheront sur une bonne année à l'automne, dépend de notre aptitude à surmonter la chaleur et la sécheresse", écrit Rodong Sinmun.

Des avertissements analogues lancés par les médias officiels ont servi par le passé à battre le rappel de l'aide humanitaire étrangère et à renforcer l'unité de la nation.

"Je pense que ce message est adressé à titre de précaution, pour minimiser l'impact sur la vie quotidienne", estime Dong Yong-seung, qui dirige l'association Good Farmers, basée à Séoul en Corée du Sud, qui pilote des projets agricoles avec le Nord.

La mention d'une météo "sans précédent", et la série d'articles afférents laissent penser toutefois que la canicule en Corée du Nord risque de fragiliser un peu plus son aptitude à faire face à des catastrophes naturelles, analyse Kim Young-hee, transfuge du Nord qui est devenu conseiller économique de la société Korea Finance à Séoul.

La Corée du Sud n'est pas épargnée par la canicule, et le mercure a atteint les 39° mercredi à Séoul. Un record à cette période de l'année depuis le début des relevés météorologiques dans la ville en 1907. La canicule a déjà fait 29 morts au Sud, et plus de 2.350 personnes ont dû recevoir des soins en raison des températures élevées.

(Hyonhee Shin; Eric Faye pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles