La sécheresse au Kenya prive des milliers d’enfants de scolarité

Comme l’une des conséquences de l’extrême sécheresse qui continue de sévir au Kenya - et plus généralement en Afrique de l’Est -, des milliers d’enfants se trouvent contraints d’abandonner l’école. C’est le cas par exemple dans le comté de Garissa, dans le nord-est du Kenya, où l’absence d’eau et de pâturage contraint les familles à se déplacer et rend toute scolarité impossible.

De notre envoyée spéciale à Garissa,

Lou Vincent est directeur adjoint de cette école de Goreyale. Jamais il n’avait vu le nombre d’élèves chuter à ce point : « Avant la sécheresse, on avait plus de 700 élèves et maintenant ça fluctue entre 450 et 500. Ce sont des familles de pastoralistes. Donc s’ils sont obligés de se déplacer très loin avec leurs troupeaux pour trouver de l’eau et des pâturages, ils emmènent leurs enfants avec eux. »

Après sept mois de nomadisme, loin des bancs de l’école, Aboubakar Ahmed vient tout juste de faire sa rentrée : « J'ai suivi ma famille, ils sont toujours là-bas. Moi, je loge un chez un proche. L'école m'a beaucoup manqué, et j'ai manqué un examen mais je fais tout pour le rattraper ».

En septembre dernier, après déjà trois années de sécheresse, la direction avait pourtant décidé de doubler la quantité de nourriture proposée aux élèves, explique Ahmed Omar, professeur principal : « Ça c'est notre riz. Avant, on en préparait environ 15 kilos par jour. Maintenant, on en fait 30 kilos. On fait ça, dans l'espoir de maintenir les enfants à l'école. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles