La sécheresse de 2022 pourrait être la plus destructrice jamais enregistrée

Des millions de maisons individuelles construites sur des sols argileux ont été affectées par la sécheresse. Les assureurs font leurs comptes : le bilan total pour cette année devrait excéder les deux milliards d’euros d’indemnisation. Et ils préviennent : le risque va tripler d’ici 2050.

2022 est bien une année météo exceptionnelle. La première évaluation de la sécheresse qui continue d’affecter le territoire fait apparaître un montant d’indemnisation des dégâts dus au "retrait-gonflement des argiles" (RGA) qui se situe dans une fourchette allant de 1,6 à 2,4 milliards d’euros selon , l’organisme qui fédère le secteur des assurances. On saura dans les prochains mois si le record précédent de 2003 -2,118 milliards d'euros d'indemnisations- sera battu. La France connaît ainsi pour la sixième fois en dix ans une sécheresse de grande ampleur. Si 2003 détient toujours provisoirement le record, 2018 est troisième dans le classement annuel des indemnisations du RGA, devançant 2020 et 2017, 2019 et 2016 se classant respectivement huitième et neuvième. Cette récurrence augmente le nombre de sinistres, les terrains les plus résistants au RGA cédant petit à petit à cette absence prolongée d’eau. Par ailleurs, ces périodes sont de plus en plus longues. Plus de la moitié des sécheresses interviennent en dehors de la période estivale : 22,7% entre avril et juin et 20,6% en octobre-novembre, contre 45,2% entre juillet et septembre et 11,4% entre janvier et mars.

La sécheresse 2022 Crédit : Météo France
La sécheresse 2022 Crédit : Météo France

La sécheresse 2022 est à la fois printanière et estivale. © Météo France

Le RGA, qu’est-ce que c’est ? Quand il fait très sec, les argiles perdent leur eau et se rétractent. Ce phénomène est attribué à leur structure même : un empilement de particules de phyllosilicates de moins de deux microns organisés en feuillets qui ont de faibles liaisons. C’est dans ces interstices que se glissent les molécules d’eau. Quand il fait sec, l’eau disparaît et la structure se rétracte, provoquant des mouvements de terrain qui chahutent les fondations des maisons et fissurent les murs.

Plus de la moitié des maisons individuelles françaises concernées

La particularité du RGA, c’est sa discrétion. Des centaines de milliers de maisons sont affectées sans faire plus de retentissement au-delà du périmètre des communes concern[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi