Sébastien Lecornu entendu par la police anticorruption

Source AFP
·1 min de lecture
Sébastien Lecornu lors d'une réunion avec Emmanuel Macron, en août 2020.
Sébastien Lecornu lors d'une réunion avec Emmanuel Macron, en août 2020.

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, a été interrogé le 15 avril à Nanterre par la police anticorruption sur ses activités passées à la tête du département de l'Eure. Cette convocation fait suite à une enquête du Parquet national financier (PNF) pour « prise illégale d'intérêts », a appris l'Agence France-Presse mardi, de source proche du dossier. Le ministre a été entendu en audition de suspect libre par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), chargés de cette enquête ouverte en mars 2019, selon cette source, confirmant une information de Mediapart.

Cette enquête, dévoilée en janvier par Le Canard enchaîné et Libération, est ouverte depuis mars 2019 des chefs de « prise illégale d'intérêts » et d' « omission de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ». Selon Libération, cette enquête est née à la suite d'un courrier d'un « banquier des collectivités locales reconverti dans l'énergie » adressé en janvier 2019 à la cheffe du PNF d'alors, Éliane Houlette. Le ministre « conteste toute prise illégale d'intérêts dans le cadre de ses fonctions, d'avril 2016 à juin 2017, de président du département de l'Eure et d'administrateur à la SAPN », a déclaré mardi à l'Agence France-Presse le cabinet du ministre.

Plus de 7 800 euros en jetons de présence

Dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), Sébastien Lecornu [...] Lire la suite