« Le Rwanda et la France peuvent beaucoup s’apporter »

·1 min de lecture
Binational, Bernard Binagwaho, directeur Afrique de Tactis, connaît bien les écosystèmes des deux pays que sont le Rwanda et la France. 
Binational, Bernard Binagwaho, directeur Afrique de Tactis, connaît bien les écosystèmes des deux pays que sont le Rwanda et la France.

Installée au Rwanda depuis 2019, après s'être développée en Afrique de l'Ouest, la société française Tactis faisait partie de la délégation d'entreprises qui ont accompagné le président Emmanuel Macron à Kigali les 27 et 28 mai derniers. Bernard Binagwaho, son directeur Afrique, était de la partie. Ce Franco-Rwandais nous en a confié les coulisses, les enjeux et l'impact, selon lui.

Le Point Afrique : À titre personnel et professionnel, en tant que Franco-Rwandais travaillant pour une entreprise qui opère déjà au Rwanda, comment avez-vous vécu cette visite « historique » du président Emmanuel Macron ?

Bernard Binagwaho : En premier lieu, et c'est ce qui était important, c'est que la visite n'était pas dédiée à la question économique et à tout ce qui concerne l'entrepreneuriat et le business, mais à la question mémorielle, au génocide et à la réconciliation. C'est ce qui était important. Et à ce niveau-là, c'est un succès. Du moins, pour les binationaux comme moi. Ce rapprochement est une bonne chose. En termes de business, ensuite, le message était le suivant : « Essayons maintenant de construire ensemble le futur. » Et en effet, il y a eu des visites, notamment au Rwanda Development Board (RDB) avec des rencontres intéressantes. Même si tout est allé très vite, c'est en tout quelque chose de positif et qui va ouvrir sur des choses plus concrètes à l'avenir.

À LIRE AUSSIAfrique ? Doing Business : des réformes gagnantes

Vous pensez que ce rapprochement va ouvri [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles