Le RV du Dr Cocaul : la Covid-19 et l’obésité rencontre de deux maladies inflammatoires

Arnaud Cocaul, Médecin nutritionniste
·2 min de lecture

Il faut comprendre que la Covid-19 génère une inflammation réactionnelle dans notre corps. L’obésité elle-même engendre de l’inflammation. Une inflammation sur terrain inflammatoire a tout d’un cocktail explosif. Il aurait fallu non pas générer de la peur et de l’angoisse mais plus orienter nos messages vers de la prévention et inciter les personnes obèses à ne pas se calfeutrer chez elle. La moyenne française de prise de poids lors du premier confinement se situe aux alentours de 2,5 kilogrammes. J’ai même des patients qui ont pris de l’ordre de 20 kilos sur deux mois. Comment expliquer cela ? Par un sentiment d’angoisse aigu qui exigeait pour certains une réponse alimentaire violente et soutenue à défaut de pouvoir parler de son mal-être en raison de la privation de liens sociaux.

Pour certains d'entre nous, l'angoisse de la Covid-19 influe sur notre comportement alimentaire. © StevePb, Pixabay, DP
Pour certains d'entre nous, l'angoisse de la Covid-19 influe sur notre comportement alimentaire. © StevePb, Pixabay, DP

L’isolement et le confinement sont délétères. Il conviendrait à mon sens de diffuser des messages gouvernementaux sur les différents médias incitant les gens (plus spécialement en obésité) à s’obliger à respecter l’heure de sortie quotidienne en appliquant bien sûr les gestes barrières. Le fait de sortir, de croiser des gens, de voir le ciel, les arbres, permet de temporiser l’angoisse et participe à l’exercice physique qui est l’une des réponses à la diminution de la charge inflammatoire des individus en surcharge.

Vers une montée en puissance des troubles du comportement alimentaire et de l'obésité ?

L’impact psychique de ces deux phases de confinement est très important et encore plus sur des personnes vulnérables. La seconde vague est plus psychologique avec des décompensations psychiatriques énormes.

L’angoisse est présente, nous n’avons guère de visibilité sur le temps où ce virus disparaîtra avant qu’un autre ne surgisse

J’assiste actuellement à une montée en puissance des troubles du comportement alimentaire (grignotage, compulsions sur le sucré, tachyphagie...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura