En Russie, une vague de froid affecte les récoltes de blé

Après un printemps précoce et inhabituellement chaud, le sud-ouest de la Russie est touché par des épisodes de gel. Les autorités n’ont pas encore fait le bilan, mais elles évoquent déjà des dégâts importants.

Ces deux dernières semaines, les températures ont chuté pour atteindre certaines nuits - 6 degrés. A Voronej, à 500 km au sud de Moscou, quelque 265 000 hectares de blé ont été endommagés. L'état d'urgence a été déclaré dans la région tout comme dans celles voisines de Tambov et de Lipetsk.

La vague de froid qui s'abat sur le sud-ouest de la Russie se concentre sur « la ceinture des terres noires », le tchernoziom, réputée pour ses sols fertiles sur lesquels les Russes cultivent massivement leur blé, le maïs et les oléagineux. Une ceinture qui se prolonge en Ukraine.

Mais la situation est jugée « alarmante » par le directeur de l'Institut d'étude des marchés agricoles cité par l'agence officielle russe Interfax. Son centre de recherche a revu à la baisse les estimations des prochaines récoltes de blé : 91 millions de tonnes pour la période 2023-2024 au lieu de 93 millions de tonnes annoncés.

Les projections de l' USDA, le ministère américain de l'Agriculture, cité par l'Agence France presse, sont encore plus pessimistes : il envisage une baisse de la récolte de blé russe à 88 millions de tonnes. Les exportations de blé russe devraient ainsi tomber à 52 millions de tonnes contre 53,5 millions en 2023-2024, pointe encore l'Agence France presse.


Lire la suite sur RFI