Russie: la télévision d'État discrédite l'enquête de Navalny sur le «palais» de Poutine

·2 min de lecture

En Russie, de nouvelles manifestations sont attendues ce dimanche pour demander la libération d’Alexeï Navalny, toujours en détention. Ce vendredi, plusieurs des partisans de l’opposant ont été assignés à résidence, parmi eux son frère, également le coordinateur de son équipe à Moscou. Pendant ce temps, la télévision d’État tente de discréditer son enquête sur ce qu’il appelle le « palais » de Vladimir Poutine.

La télévision d’État russe ne couvre habituellement aucune des activités d’Alexeï Navalny, mais son documentaire a déjà fait plus de 100 millions de vues sur YouTube. Documentaire dans lequel il accuse le président russe de bénéficier d’un somptueux « palais » sur les rives de la mer Noire, financé par la corruption.

Vladimir Poutine avait déjà affirmé que rien de ce qui était montré dans le film ne lui appartenait. Ce vendredi les chaînes publiques ont repris des imagées tournées par Mash, une chaîne très populaire de l’application Telegram, prouvant selon elles qu’on est loin du luxe dénoncé par l’opposant, puisque on y voit en fait un chantier.

La grande pièce décrite comme un salon à chicha par Alexeï Navalny est ainsi remplie d’équipement de construction. Réponse de l’équipe de l’opposant : le « palais » a dû être en chantier à cause d’importants défauts de construction, on l’a dit dans notre documentaire.

À lire aussi : Russie: Poutine nie posséder un palais, l'équipe de Navalny appelle à de nouvelles manifestations

Cette « enquête » censée discréditer les affirmations de l'opposant est diffusée deux jours avant la tenue de nouvelles manifestations pour demander sa libération. Ce vendredi toujours, plusieurs de ses partisans ont été assignés à résidence. Et le parquet et la police ont indiqué que ce dimanche les manifestants pourraient être poursuivis pour « émeute de masse » si les rassemblements débouchaient sur des violences.

À lire aussi : Russie: la police multiplie les perquisitions et les arrestations des proches de Navalny