La Russie suspend l'activité des groupes de soutien à Navalny

·2 min de lecture
LA RUSSIE SUSPEND L'ACTIVITÉ DES GROUPES DE SOUTIEN À NAVALNY

MOSCOU (Reuters) - Les bureaux régionaux du réseau de soutien à l'opposant russe Alexeï Navalny ont annoncé lundi qu'ils ne publieraient plus d'informations sur les réseaux sociaux en raison d'une action en justice en leur encontre pour "extrémisme" lancée par les autorités russes.

"Malheureusement, nous ne pouvons plus travailler dans notre format précédent", écrit la branche de Saint-Pétersbourg sur sa chaîne Telegram. "Ce n'est pas prudent pour nos employés et nos partisans. À compter d'aujourd'hui, aucune information n'apparaîtra sur cette page. Elle sera gelée."

Avant l'annonce de cette décision, le parquet de Moscou avait réclamé une suspension des activités des groupes de soutien à Alexeï Navalny dans l'attente d'une décision de justice visant à les interdire. La Fondation anti-corruption de l'opposant est aussi concernée par une éventuelle interdiction, selon ces groupes.

Une décision de justice reconnaissant que ces organisations relèvent de mouvements "extrémistes" donnerait aux autorités le pouvoir légal d'imposer des peines de prison à leurs militants et de geler les comptes bancaires de ces groupes, les obligeant ainsi à cesser toute campagne en faveur du principal détracteur de Vladimir Poutine.

Lors d'une audience préliminaire lundi, le parquet a demandé à un tribunal moscovite d'interdire à ces groupes de participer aux élections, d'organiser des manifestations ou de publier quoi que ce soit en ligne, a déclaré Leonid Volkov, un proche d'Alexeï Navalny.

"Nous savons tous parfaitement qu'il n'y a pas d'extrémisme dans (notre) travail (...) L'allégation d'extrémisme est utilisée uniquement comme prétexte à la répression politique", a-t-il ajouté.

Les audiences ont lieu à huis clos alors que certains éléments du dossier ont été classés par les autorités, a déclaré Ivan Pavlov, un avocat qui gère l'affaire.

Le parquet a accusé les groupes de soutien à Alexeï Navalny de complot en vue de déstabilisation politique et d'oeuvrer à une révolution populaire.

L'Allemagne a critiqué la décision du parquet. L'utilisation de lois antiterroristes contre des opposants politiques n'est "en aucun cas conforme à l'état de droit", a déclaré un porte-parole du gouvernement allemand.

(Katya Golubkova, Kevin Liffey, Anton Zverev and Tom Balmforthavec Andreas Rinke et Alexander Ratz à Berlin; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)