Russie: des sondages témoignent de l'inquiétude croissante face à la mobilisation partielle

Moscou (Russie) - AFP
Moscou (Russie) - AFP

L'humeur commence à changer en Russie. Les habitants du pays sont de plus en plus inquiets par rapport à la guerre en Ukraine, selon des sondages publiés mercredi et jeudi par le Centre Levada, un institut de sondage indépendant du pouvoir.

Une première enquête d'opinion, publiée mercredi, montre un changement d'ambiance concernant la politique du pays. À la question mensuelle "Les choses dans le pays vont-elles dans la bonne direction?", 60% des personnes interrogées ont répondu "oui" (contre 67% en août) et 27% ont répondu que les choses allaient "dans la mauvaise direction", contre 24% en août.

Alors que l'approbation des actions de Vladimir Poutine en tant que président de la Russie restait à 82-83% depuis mars, soit le début de l'invasion de l'Ukraine, la proportion de personnes approuvant ses actions s'est établie à 77% en septembre. La proportion de personne déclarant ne pas approuver son action est passée de 15 à 21% entre août et septembre.

56% des Russes très inquiets concernant la guerre en Ukraine

Une autre enquête du Centre Levada, publiée ce jeudi, porte spécifiquement sur la guerre en Ukraine. Ici aussi, on voit l'impact clair des défaites russes dans le cadre de la contre-offensive ukrainienne en septembre et l'annonce de la mobilisation partielle en Russie par Vladimir Poutine.

"Les inquiétudes concernant les événements ukrainiens" ont "atteint des sommets", note l'institut.

En septembre, 56% des personnes interrogées se disaient "très inquiètes" des événements actuels, contre 37% en août et seules 4% des personnes interrogées se disaient "pas du tout inquiètes", contre 11% en août. Les personnes âgées de 55 ans et plus soutiennent d'ailleurs bien plus l'armée (81% des personnes interrogées) que les 18-24 ans (55% des personnes interrogées).

L'institut a également demandé aux personnes interrogées quels étaient leurs sentiments après l'annonce de la mobilisation partielle le 21 septembre. 47% ont répondu "anxiété, peur, horreur", 23% ont répondu "choc", 13% ont répondu "colère, indignation" et seulement 23% ont déclaré ressentir de la "fierté pour la Russie".

Peur d'une mobilisation générale

Plus de 2400 personnes ont été interpellées lors de manifestations contre la mobilisation en Russie depuis son annonce, selon l'organisation spécialisée OVD-Info. De nombreux Russes ont aussi choisi de fuir le pays, provoquant d'importantes files d'attente aux frontières de la Géorgie, du Kazakhstan, de la Mongolie et de la Finlande. Les vols aériens ont aussi été pris d'assaut.

La peur d'une mobilisation générale a également augmenté, elle concernait en septembre 66% des personnes interrogées, contre 28% après l'annonce de l'invasion de l'Ukraine en février, selon le Centre Levada.

Le président russe Vladimir Poutine a demandé ce jeudi, lors d'une réunion diffusée à la télévision, que soient "corrigées les erreurs" dans la mobilisation en cours en Russie pour l'offensive en Ukraine, alors que le mécontentement grandit face à la convocation souvent chaotique des appelés.

Les médias et les Russes sur les réseaux sociaux ont rapporté des cas de mobilisation de personnes âgées, d'étudiants, de malades ou d'appelés sans expérience militaire.

Article original publié sur BFMTV.com