La Russie secouée par une « mobilisation partielle » historique : « Les manifestations ne sont que la partie visible de l’iceberg »

Russia: Military commissariats in Moscow
Russia: Military commissariats in Moscow

L’allocution de Vladimir Poutine, annonçant mercredi matin la « mobilisation partielle » des Russes dans le cadre du conflit ukrainien, a fait souffler un vent d’inquiétude à travers le pays. Des manifestations ont éclaté dans au moins 38 villes russes, dont Moscou, Saint-Pétersbourg, Oufa ou encore Tcheliabinsk et Iekaterinbourg en Sibérie. Au moins 1 332 personnes ont été arrêtées, selon un décompte réalisé par OVD-Info, une ONG qui couvre les manifestations et répertorie les violences policières en Russie. Au déclenchement de l’invasion russe en Ukraine, la même organisation avait fait état de plus de 13 000 arrestations de manifestants opposés à la guerre entre le 24 février et le 7 mars. Selon Google trends, l’outil d’analyse du moteur de recherche de Google, les occurrences « billet d’avion » et « quitter la Russie » ont été multipliées par deux et par trois depuis les annonces du président. Dans la journée de mercredi, plusieurs médias russes ont indiqué qu’ils ne restaient plus de billets d’avion disponibles pour quitter le pays avant plusieurs jours.

Interrogée par Public Sénat, Anna Colin Lebedev, spécialiste des sociétés post-soviétiques et maître de conférences à l’Université de Paris Nanterre, analyse l’impact de la mobilisation sur une société russe que le Kremlin maintient depuis des mois à distance du conflit et de ses répercussions économiques. Pour cette chercheuse, Vladimir Poutine « risque une rupture du contrat social passé avec la population ». Selon le modus operandi des Russes, le mécontentement envers le pouvoir pourrait moins se traduire par des manifestations que par des défections, des opérations de sabotage ou encore des « actions violentes » contre les autorités.

Sept mois après son lancement, que sait-on de la perception de cette « opération spéciale en Ukraine » - selon la terminologie utilisée par Moscou – au sein de la population (...) Lire la suite sur Public Sénat

L’amendement sur les retraites compte déjà des opposants au groupe centriste du Sénat

À Saint-Nazaire, Emmanuel Macron détaille son plan pour « accélérer » sur le solaire et l’éolien en mer

Nupes : « Nous devons tranquillement et sereinement assumer nos différences », affirme Johanna Rolland

Face à Élisabeth Borne, les oppositions du Sénat contestent le scénario d’une réforme des retraites par amendement

Loi de programmation sur la sécurité : Gérald Darmanin met le paquet sur la lutte contre la cyberdélinquance