La Russie remet la patte sur le Kazakhstan

·1 min de lecture
© Handout / Russian Defence Ministry / AFP

Regardez la carte. Le Kazakhstan est l’un des plus grands pays au monde. C’est l’Etat central de l’Asie centrale, le plus vaste, le plus riche. La frontière avec la Russie fait 7.000 kilomètres, sans une rivière, sans un lac, sans une montagne pour marquer la séparation, c’est juste une ligne en pointillé qui court à travers la steppe. Jadis, les colons russes ont déboulé de Sibérie au galop sans même s’apercevoir qu’il y avait une frontière.

Le retour du réel et de l'histoire

 

Dans le désert, les soviétiques ont déporté les ennemis du peuple, testé les bombes nucléaires, construit le cosmodrome de Baïkonour, exploité l’uranium, les hydrocarbures, les métaux rares, il y a tout le tableau de Mandeleiev en sous-sol…

Et puis, il y a trente ans, soudain, l’URSS s’est évanoui. Le Kazakhstan est devenu indépendant, c’est-à-dire que le Secrétaire général du parti communiste local s’est fait élire président. Nursultan Nazerbaiev est le Père de la nation, avec culte de la personnalité frénétique et corruption à tous les étages. Pendant trente ans, il a tenu prudemment le Kremlin à distance.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Bienvenue aux Chinois, la nouvelle route de la soie suit l’ancienne et Pékin est le premier investisseur. Bienvenue aux Turcs, aux Indiens, aux Iraniens, aux Pakistanais, aux Coréens, aux Américains, et aussi aux Européens, premiers partenaires commerciaux… Cet automne, le Commissaire Borell imaginait sur place que la fuite des Amér...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles