La Russie reconnaît être à l'origine d'un nuage radioactif en France

Le HuffPost avec AFP
1 / 2

La Russie reconnaît être à l'origine d'un nuage radioactif en France

La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive en France
La Russie reconnaît être à l'origine d'une pollution radioactive en France

RUSSIE - L'agence russe de météorologie Rosguidromet a reconnu lundi qu'une concentration "extrêmement élevée" de ruthénium-106 avait été détectée fin septembre dans plusieurs régions de Russie, confirmant les rapports de plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité. "Le radio-isotope Ru-106 a été détecté par les stations d'observation d'Arguaïach et de Novogorny" entre le 25 septembre et le 1er octobre, précise Rosguidromet dans un communiqué.

Selon la même source, le taux le plus élevé a été enregistré dans la station d'Arguaïach, un village proche de Tcheliabinsk, dans le sud de l'Oural, où "une concentration extrêmement élevée" de ruthénium-106 "excédant de 986 fois" les concentrations enregistrées le mois précédent a été détectée.

Maïak est aujourd'hui un site de retraitement de combustible nucléaire

Rosguidromet ne donne pas d'indication sur la source potentielle de la pollution mais Arguaïach est située à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak, touché par un des pires accidents nucléaires de l'histoire en 1957. Maïak est aujourd'hui un site de retraitement de combustible nucléaire usé.

L'agence russe précise que le ruthénium-106 a ensuite été détecté au Tatarstan puis dans le sud de la Russie, avant qu'il ne se fixe à partir du 29 septembre "dans tous les pays européens, à partir de l'Italie et vers le nord de l'Europe". Fin septembre, plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l'atmosphère avaient repéré du ruthénium-106 dans l'atmosphère.

L'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français avait indiqué après une enquête que "la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l'Oural", sans être en mesure de préciser la localisation exacte du point de rejet.

L'IRSN précisait que la source de la pollution ne pouvait provenir d'un réacteur nucléaire, car d'autres éléments radioactifs auraient été détectés, et faisait "l'hypothèse d'un rejet issu d'une installation" liée au...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Ce contenu peut également vous intéresser : 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages