La Russie rapporte le premier cas de contamination humaine au H5N8

par Polina Devitt et Gabrielle Tétrault-Farber
·3 min de lecture
LA RUSSIE RAPPORTE LE PREMIER CAS DE CONTAMINATION HUMAINE AU H5N8

par Polina Devitt et Gabrielle Tétrault-Farber

MOSCOU (Reuters) - La Russie a fait état samedi du premier cas de transmission à l'homme du virus H5N8 de la grippe aviaire et en a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des foyers de la souche H5N8 ont été signalés en Russie, en Europe, en Chine, au Moyen-Orient ainsi qu'en Afrique du Nord au cours des derniers mois, mais jusqu'à présent uniquement chez les volailles.

D'autres souches - H5N1, H7N9 et H9N2 - ont été connues pour leur transmission à l'homme.

La Russie a signalé ce cas de contamination humaine à l'OMS "il y a plusieurs jours, juste au moment où nous sommes devenus absolument certains de nos résultats", a déclaré Anna Popova, chef du service de surveillance de la santé des consommateurs Rospotrebnadzor, sur la chaîne de télévision publique Rossiya 24.

Il n'y avait encore aucun signe de transmission entre humains, a-t-elle ajouté.

Sept travailleurs d'une usine de volaille dans le sud de la Russie avaient été infectés par la souche H5N8 lors d'une épidémie survenue dans l'usine en décembre, a déclaré Anna Popova, ajoutant que les personnes concernées se sentaient bien maintenant.

"Cette situation n'a pas évolué", a-t-elle déclaré.

Dans un courriel, la branche européenne de l'OMS a déclaré avoir été informée par la Russie d'un cas d'infection humaine par le H5N8 et a reconnu que ce serait la première fois que le virus infectait des individus si cela était confirmé.

"Les informations préliminaires indiquent que les cas signalés concernent des travailleurs exposés à des envolées d'oiseaux", selon le courriel. "Ils étaient asymptomatiques et aucune transmission interhumaine n'a été signalée".

En France, en réaction à cette découverte en Russie, les ministère de l'Agriculture et de la Santé ont indiqué samedi dans la soirée que les virus H5N8 isolés dans l'Hexagone sur les volailles ne présentaient pas de risque de transmission à l’homme.

"L’épizootie d’influenza aviaire qui sévit en France et en particulier dans le sud-ouest, depuis décembre 2020 (466 foyers détectés à ce jour) fait l’objet d’un suivi continu de la part de l’Anses en lien avec les services du ministère de l’agriculture et de l’alimentation", indiquent les ministères dans un communiqué.

Les foyers de grippe aviaire incitent généralement les usines et fermes d'élevage à abattre les volailles pour empêcher le virus de se propager et éviter aux pays importateurs de devoir imposer des restrictions commerciales.

Les cas sont en grande majorité propagés par des oiseaux sauvages migrateurs, de sorte que les pays producteurs ont tendance à garder leurs volailles à l'intérieur ou à les protéger de tout contact avec la faune sauvage.

En janvier, le ministre français de l'Agriculture, Julien Denormandie, avait indiqué que des centaines de milliers de canards supplémentaires allaient être abattus, ajoutant qu'il fallait aller plus vite pour contenir la diffusion de la grippe aviaire.

(Polina Devitt et Gabrielle Tétrault-Farber, version française Matthieu Protard)