Russie: Ramzan Kadyrov "fier et heureux" de détenir le record mondial du nombre de sanctions

Le dirigeant tchétchène, pointé du doigt pour ses agissements au sein de cette république du Caucase, s'est dit "flatté" par cette distinction.

La séquence pourrait prêter à rire si elle n'était pas tragique. Sous le feu des projecteurs ces derniers jours, le sulfureux chef de la République tchétchène, Ramzan Kadyrov, a reçu de la part de la version russe du Livre des records un certificat le récompensant pour être devenu le recordman mondial du nombre de sanctions imposées à une seule personne.

"Fier et heureux"

Un simulacre de cérémonie a eu lieu pour l'occasion mercredi à Grozny, le jour du 46e anniversaire de Kadyrov, en présence de Stanislav Konenko, rédacteur en chef de l'ouvrage rapporte l'agence TASS. "Avec le plus grand nombre de restrictions et de sanctions imposées à une personne, avec un résultat de 68 sanctions, je déclare Ramzan Kadyrov détenteur du record", a-t-il déclaré.

Celui qui dirige d'une main de fer cette république du Caucase s'est dit flatté par cette "reconnaissance" au moment de recevoir son prix.

"Je suis fier et heureux aujourd’hui. Je suis sur la liste des sanctions parce que je protège le 'peuple de l’islam' ainsi que nos traditions, coutumes, et la sécurité de notre État. Rien n’est plus important pour moi que cela, donc je suis heureux", a-t-il lancé.

Il devance ainsi le leader nord-coréen Kim Jong Un, le président syrien Bachar el-Assad ainsi que le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Ramzan Kadyrov est également le détenteur du record du "plus grand nombre de restrictions de sanctions imposées contre une personne, ses proches et ses partisans dans le monde", complète le média russe.

Totalitaire et guerrier

Adoubé par Vladimir Poutine en personne en 2007, Ramzan Kadyrov règne depuis sans partage sur la Tchétchénie, que son père a également dirigée avant d'être assassiné en 2004. Depuis 15 ans, le dirigeant est fréquemment visé par diverses ONG pour être mêlé de près ou de loin, par l'intermédiaire de son armée personnelle, à des enlèvements, tortures, assassinats et persécutions.

A la faveur de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, Ramzan Kadyrov a multiplié les sorties, critiquant les choix militaires du Kremlin et les stratégies de Vladimir Poutine, qui l'a pourtant promu colonel-général ce mercredi.

Très actif depuis le début du conflit - plusieurs unités tchétchènes ont combattu à Marioupol et son toujours sur place - le dirigeant tchétchène a annoncé en début de semaine son intention d'envoyer trois de ses fils adolescents combattre en Ukraine, tout en appelant à y utiliser "des armes nucléaires de faible puissance" face aux difficultés des troupes russes.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Exactions, torture, violation des droits humains: le profil effarant de Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie